Michel Strogoff de Jules Verne

C’est toujours un exercice difficile que de faire une chronique sur un classique de la littérature et d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un auteur à la réputation de Jules Verne. Et pourtant, c’est l’une de ses œuvres que je vais tenter de vous faire découvrir ou redécouvrir à travers mes yeux de novice : Michel Strogoff.

Michel strogoffAlors que la Russie subit l’invasion des peuples Tartares sous le commandement de Féofar-Khan , le pays est coupé en deux : à l’ouest, le Czar et sa cour, à l’Est, son frère le grand Duc. Ce dernier est directement menacé par le traitre Ivan Ogareff qui a rallié les troupes tartares. Très vite les communications sont coupées, au niveau de Tomsk. Afin de prévenir son frère des menaces qui pèsent sur lui le Czar envoie l’un de ses plus valeureux courrier à travers les steppes pour transmettre un message propre à sauver le Grand Duc et avec lui, toute la Russie.

C’est donc un voyage que nous faisons de Moscou à Irkoutsk, capitale de la Sibérie Orientale. A travers les plaines de Sibérie, parcourant les monts Ourals jusqu’aux lac Baïkal, nous suivons Michel Strogoff dans son périple qui doit le conduire aux portes de la ville où s’est réfugié le Grand Duc. Obligé à l’anonymat, il devra y parvenir par ses propres moyens et réussir à couper les lignes ennemis sans se faire prendre ni se faire reconnaitre. C’est donc avec un certain sens du devoir, que Michel Strogoff a juré au Czar de ne pas rencontrer sa propre mère, Marfa Strogoff, dans la ville de Omsk. Mais bien entendu, tout ne se passe pas comme prévu, et c’est un voyage éreintant et semé d’embûches que le courrier sera amené à faire dans cette Russie du XIXe siècle.

Si Jules Verne est réputé pour ses descriptions longues et détaillées, ce roman ne lui fait pas défaut. C’est donc avec une certaine précision parfois démesurée que l’auteur nous conte les relations de ces peuples qui composent une Russie cosmopolite chargée d’histoire. Il nous amène à comprendre les événements qui ont poussé le Tartare Féofar-Khan et le traitre Ivan Ogareff à entrer en guerre contre l’empire Russe. Mais, loin d’être un roman harassant, Jules Verne a également su apporter une touche d’humour à son roman notamment au travers deux de ses personnages ; les journalistes, Harry Blount (l’anglais du Daily Télégraph) et Alcide Jolivet (le Français qui se contente d’affirmer qu’il écrit pour sa cousine Madeleine). Si l’anglais nous est décrit comme arrogant et sinistre, le français est quant à lui un être jovial aux aspects sympathiques. Avides d’obtenir le dernier scoop, ils iront au devant de la ligne de front, croisant à plusieurs reprises la route de Michel Strogoff.

Et puis nous suivons également la jeune Nadia, qui cherche à rejoindre son père dans la ville d’Irkoutsk. Très vite, la jeune femme se lie d’amitié pour Michel Strogoff qu’elle apprend à respecter et à admirer comme un frère. C’est donc à leur côté, que nous faisons ce voyage chargé d’émotion.

A noter quand même le style littéraire propre au XIXe siècle avec notamment des tournures de phrases plutôt amusantes pour des contemporains. A titre d’exemple j’ai relevé cette description : « son nez droit se rattachant à ses joues, un peu maigres et pâles, par des ailes légèrement mobiles« . On n’y pense pas assez, aux « ailes légèrement mobiles »… On n’échappe pas  non plus à quelques stéréotypes de l’époque notamment sur les tziganes. Mais les anglais ne sont pas mieux lotis. Et c’est non sans humour que le journaliste Harry Blount fait office de bouc-émissaire au regard de la fierté (certains diraient suffisance) française.

En définitive, c’est un roman agréable à lire qui, pour ceux qui le souhaitent, permet de découvrir cet auteur classique à travers un roman relativement court et facile à appréhender.

LineTje

Fiche Technique :Michel Strogoff de Jules Verne ; 1974 ; Ed. Lgf, Coll. ldp ; ISBN 225300586X ; 498 pages ; 6,10€

 

Publicités

4 réflexions sur “Michel Strogoff de Jules Verne

    • Ah ma grande honte je n’en ai pour l’instant pas lu d’autres… Mais il va falloir que je me rattrape. Michel strogoff m’avait beaucoup marquée enfant parce que j’avais vu le film

      J'aime

  1. Ahah un autre livre que je dois lire cette année pour le défi lecture (il ira dans la catégorie « un livre dont vous repoussez sans cesse la lecture ») .Je l’a reçu à Noël dernier (2016) mais je ne l’ai toujours pas lu. Je n’ai jamais lu de Jules Vernes, et pour une raison qui m’échappe, j’ai l’idée que je n’aime pas ses livres (alors que je n’en ai jamais lu!) vraiment étrange… mais je garde ça dans la tête, et du coup je repousse sans cesse la lecture…. donc j’ai décidé de me forcer à le lire cette année ! (on y croit !)

    Mais bon, on m’a dit qu’il était génial, et tu as l’air d’avoir apprécié aussi alors bon 🙂

    J'aime

    • Je n’ai lu que celui ci de Jules vernes mais surtout parce que c’est un film que je regardais étant jeune et qui m’avait marqué. Mais comme toi j’ai une impression de lourdeur vis à vis de ses romans alors qu’en fait pas du tout. N’hésite pas à me dire ce que tu en auras pensé quand tu l’auras lu !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s