Archives d’un auteur

Enfants de la Terre et du Ciel de Guy Gavriel Kay

L’on disait autrefois « faire voile vers Sarance« . Cela signifiait « que l’on changeait d’existence, qu’on embarquait vers quelque chose de nouveau, que l’on se transformait telle une figure dans une peinture ou une mosaïque classique en devenant quelqu’un d’autre. »

Mais voila, Sarance n’est plus. Ses murs sont tombés aux mains des Asharites. Il ne reste rien de l’empire glorieux de Valérius II. Les empires se font et se défont sous le glorieux soleil de Jad ou sous les étoiles d’Ashar. Il ne reste désormais que des souvenirs de la Cité perdue et les Osmanlis qui menacent les jaddites ou nom d’Ashar.

Alors, sur terre comme sous les dômes des temples de Jad, tout ce qui avait fait la gloire de Sarance s’effrite. Ne reste que les morceaux de souvenirs, piétinés comme le furent les morceaux de mosaïques tombés.

« Rien à distinguer dans le dôme,  pas dans cette obscurité,  quoi qui pût s’y trouver, façonné il y avait très longtemps, avec ces pierres et ces morceaux de verre qui dégringolaient dans l’espace et le temps. »

Pourtant, des années après la mort de Valérius II,après que Crispin eu terminé son œuvre, nous reprenons la route vers ce que fut Sarance.

Missionné par le Conseil des Douze de la petite république de Séressa, Péro Villani, jeune peintre peu connu, a accepté de réaliser le portrait du Grand Calife à Asharia. Il devra donc se rendre au cœur de l’empire ennemi et pénétrer dans les appartements de Gurçu le Ravageur. Il sait pourtant que personne n’y est admis et que le seul fait d’y ouvrir la bouche pourrait lui valoir la mort. Léonora Valéri a reçu elle aussi une proposition alléchante de la part de la République : enfermée dans un couvent par son père en raison d’une grossesse « inadéquate », elle recouvrera sa liberté si elle espionne la petite Cité de Dubrava. Quant à Marin Djivo, issu d’une riche famille marchande de Dubrava, il a reçu le mandat d’escorter le peintre et Léonora.

Or, le vaisseau qui les amène de l’autre côté de la mer Séressinienne est abordé par un groupe de raiders senjan au sein duquel se trouve Danica Gradek, dont le destin se liera à celui du trio après la mort du médecin qui servait de couverture à Léonora.

Ils sont quatre, et aucun d’eux ne sait encore que leur quête personnelle changera à jamais le futur de tous les enfants de la Terre et du Ciel…

Aprés nous avoir plongé dans la chine Antique, Guy Gavriel Kay nous ramène sur les terres d’Europe, au cœurs du monde méditerranéen du XVe et XVIe siècle. Habitué des romans de fantasy historique, et maitre en la matière, l’auteur nous livre une part de l’histoire du monde à cette époque troublées où chrétiens et Ottomans se disputaient la domination de ce que fut l’empire Byzantin. Et c’est notamment à travers l’histoire des Uscoques, peuple chrétiens et pirates croates basé à Senj (après avoir fuit l’avancé des Turcs), que Guy Gavriel Kay a voulu nous amener dans son monde. C’est donc en reprenant à son compte le conflit ouvert qui existait entre les uscoques et la Petite république de Venise que GGK ouvre son roman. On y retrouve par ailleurs la position très particulière de cette république où le commerce dépasse les conflits de religions ; ou encore l’histoire de Dubrovnik, à travers son reflet de fantasy : Dubrava. Et comme chaque fois des personnages réels renaissent sous la plume de l’auteur, ainsi, il me semble que Gurcu le ravageur n’est autre que  Mehmet II, ou encore que Péro Villani avait existé sous les traits de Gentile Bellini.

Lire la suite

Publicités

Et il foula la terre avec légèreté : roman graphique de Mathilde Ramadier et laurent Bonneau

Il y a des spectacles qui ne laissent pas indifférents. Ces moments où tout le reste devient dérisoire. Ne compte plus que l’instant. La beauté de la nature.  Sa puissance, fière et indomptable.

Juste cet instant au delà du temps.

Ethan, jeune scientifique, travaille pour la grosse société pétrolière Oléa. Il a été chargé par cette dernière de répérer les lieux pour l’expoitation d’un prochain gisement de pétrole dans le Lofaden, petite contrée située au nord de la Norvège. Alors nous suivons ce jeune homme, à la rencontre des hommes et des femmes des fjords norvégiennes.  Ils nous évoquent leurs attachement à leur terre, leurs doutes et leurs inquiétudes , mais aussi leurs réflexions teintées de pragmatisme face à l’exploitation pétrolière.  Loin d’être un plaidoyer contre l’industrie pétrolière ce roman nous invite plutôt à nous interroger sur nos certitudes, les valeurs dans lesquelles nous nous engageons. Et au fils de ses rencontres, Ethan nous fait partager le pour et le contre,  ces deux argumentaires qui se mélangent façonnant notre conviction .

Et au fils de ce roman graphique, nous foulons les terres de Norvège.

Lire la suite

Un pays de glace et de feu

A travers chacune de nos lectures, chacun de nos films, nous voyageons dans un autre lieu, dans un autre temps. L’esprit rêveur, le cœur avide de découverte nous sommes curieux de tout : de la nature, des cultures, des Hommes et des Femmes. Et si chacune de nos découvertes littéraires et filmographiques est l’occasion d’une véritable épopée nous avions envie de découvrir le monde autrement. Alors, il y a quelques mois déjà, nous avons sortis nos vêtements de ski, fait nos valises et nous nous sommes envolés pour une terre de feu et de glace : l’Islande. Et pour une fois, nous ferons une exception à ce blog de littérature et de l’imaginaire pour évoquer un autre rêve : un voyage à la découverte du monde.

Il y a des centaines de blogs et de sites qui vous parleront de l’Islande, de sa beauté, de son charme. Nous, nous évoquons un rêve, un voyage où l’esprit et le corps se sont confondus pour s’imprégner de toute sa magie.

C’est au milieu du mois d’Avril, au cœur de l’après midi que nous miment pieds sur cette terre au paysage lunaire. Un terre aride, faite des résidus des coulées volcaniques. Un paysage aux antipodes de ce que nous avons pour habitude de voir. Nous l’avons contemplé avec une certaine introspection : est ce beau? Est ce que j’aime? Mais peu à peu, l’Islande nous subjugua. Nous avons oublié cette terre désertique pour ne voir que la beauté de la nature. Toute sa puissance qui a résonné en nous.

Et dans notre Road Trip, le long de la route n°1, nous allâmes de découvertes en découvertes. Lire la suite

Le livre des Baltimore de Joël Dicker

« Je me remémorerai toujours ces années comme une période exceptionnelle : l’époque de trois adolescents heureux dans une Amérique bénie des dieux. »

Il y a ces 3 gamins avec qui j’ai parcourus un bout de chemin. Trois gosses qui se croyaient invincibles. Trois ados destinés à un avenir brillant dans une Amérique pleine de promesses. Trois garçons unient par une amitié indéfectible.

Il y a les Golman de Monclair : Marcus et ses parents, une famille modeste dans un environnement qui l’est tout autant. Ils mènent une petite vie sans ambition dans la banlieue de New York. Et puis il y a les Golman de Baltimore, magnifiques, resplendissants. L’oncle Saul, un avocat de grand renom, tante Anita, brillant médecin, leur fils Hillel, provocateur surdoué, et puis Woody, leur fils adoptif qu’ils auront sortie de la rue et de ses méfaits.

Marcus est fasciné par cette branche de la famille, lui qui n’est qu’un Golman de Monclair. Alors à chaque occasion il s’empresse de les retrouver, rêvant de devenir un Golman de Baltimore.

Mais voila, tout s’est effondré.

Il ne reste rien de la gloire des Baltimore. Si ce n’est cette galerie de souvenirs, brillante de mille feux. Ces souvenirs qui les mèneront au jour du drame. Ce jour où le miroir se brisa.

Lire la suite

La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dickers

C’est l’histoire d’un écrivain avide d’écrire son prochain roman. C’est une histoire d’amitié, d’amour aussi. C’est l’histoire d’un meurtre.

La vérité sur l’affaire Harry Québert est un peu tout ca à la fois. Difficile de le mettre dans une case si ce n’est celle des romans à succès qui ont marqué une génération.

La_Verite_sur_l_Affaire_Harry_QuebertMarcus Goldman est un jeune écrivain à succés. Glorifié, adulé lors de la sortie de son premier roman, il a abusé des plaisirs de sa nouvelle vie. Mais quand son éditeur commence à lui mettre la pression pour écrire un nouveau roman, c’est la page blanche. Rien ne sort, aucune idée véritablement engageante. Rien. Mais voila que son ami et mentor, Harry Québert se retrouve accusé du meurtre d’une jeune fille de 15 ans dans les années soixante dix. Horrifié par ce qu’il vient d’apprendre et convaincu de l’innocence de son ami, Marcus part dans le New Hampshire afin d’enquêter sur ce meurtre qui s’est déroulé il y a plus de trente ans. Et alors que l’amour interdit entre Harry Québert alors agé de 34 ans et Nola est révélé aux yeux de tous, Harry Québert est jeté en pâture, coupable idéal pour avoir bafoué la bienséance américaine

Dans ce roman écris à la première personne, l’auteur nous plonge dans les pensées de Marcus décidé à enquêter sur le passé de son ami. Et à travers lui, nous replongeons dans les souvenirs des années 70 ; et celles plus récentes de sa propre jeunesse et de la naissance de son amitié avec Harry.

Lire la suite

L’assassin Royal – Tome 7 et 8 – de Robin Hobb

C’est au cœur de la forêt, au bord d’une rivière que j’ai retrouvé ce vieil ami. Il vivait là, seul. Seul ou presque, son loup ne l’avait pas quitté, et il avait adopté un enfant qui aujourd’hui était devenu un jeune homme. Il avait enfin la vie qu’il avait toujours voulu. Personne ne décidait désormais de son destin. Personne ou presque, car le destin nous rattrape toujours. Surtout lorsqu’il s’agit de FitzChevalerie Loinvoyant. Le bâtard royal. L’assassin de sa majesté.

Après plusieurs années déjà, je me suis replongée dans la formidable épopée de L’assassin Royal (tome 1 à 6). Le temps a passé et pourtant chaque souvenir m’est revenu peu à peu. J’ai savouré avec délices le retour dans ce monde qui m’avait autrefois happé. J’y ai retrouvé ses personnages que j’avais tant aimés, cet univers : Castelcerf et ses intrigues, et je me suis laissée transporter par la plume de Robin Hobb.

L-assassin-royal-tome-7Quinze ans après le tome 6 nous retrouvons Fitz au cœur de cette forêt, réfugié dans une chaumière abandonnée. Rebaptisé Tom Blaireau, il voit ressurgir dans sa vie ceux qu’il croyait oubliés. Umbre. Le Fou. Chacun ramène avec lui de vieux souvenirs, de vieilles blessures. Avec son âme de conteuse, Robin Hobb nous replonge dans les derniers pages du premier cycle de l’assassin Royal. Elle nous rappelle ce que fut la vie de cet enfant, bâtard du prince Chevalerie, auprès de son oncle Vérité. Mais aussi, et surtout, le sacrifice de cet oncle devenu roi, dans la Cité des anciens. Elle nous entraine dans les souvenirs les plus sombres de Fitz : la perte des êtres qu’il avait aimés, l’accession au trône du prince Royal, sa propre mort. Et puis, peu à peu, au coin d’un feu, Fitz évoque ce que fut sa vie après tout cela. Il nous conte ses périples qui le menèrent jusqu’à cette vieille chaumière qui devint son refuge. Au fils des pages, avec une douceur qui caractérise les phrasés de Robin Hobb, chaque élément se met en place pour finir par nous ramener au cœur de la cité de Castelcerf. Lire la suite

Les lunes de sang d’Anaïs Cros

Dans le monde de la littérature Sherlock Holmes est devenu une figure emblématique. Mille fois réinventé, mille fois réadapté, il a traversé les époques, traversé les continents. Chacun y apportant sa touche personnelle, sa propre vision du personnage. Et dans cet univers où tout est possible, il ne pouvait que franchir les barrières de la fantasy pour se réinventer dans un monde peuplé d’Elfes et de Nains. C’est ce qu’Anais Cros à fait dans son roman Les Lunes de Sang.

cvt_Les-Lunes-de-sang_3561En fan du monde de Sherlock Holmes, l’auteur  à voulu rendre hommage au célèbre détective. Si, lors des premières pages j’ai crains que ce ne soit qu’un remake fade et sans grand intérêt, Anais Cros a su se détacher des romans d’Arthur Conan Doyle pour faire son propre récit. Pour notre plus grand bonheur, les caractères des personnages sont bien ceux de Sherlock Holmes et de John Watson, mais Listak et Ervrhal ont leur propre histoire et leur propre destinée. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :