Archive for the ‘ Guy Gavriel Kay ’ Category

Enfants de la Terre et du Ciel de Guy Gavriel Kay

L’on disait autrefois « faire voile vers Sarance« . Cela signifiait « que l’on changeait d’existence, qu’on embarquait vers quelque chose de nouveau, que l’on se transformait telle une figure dans une peinture ou une mosaïque classique en devenant quelqu’un d’autre. »

Mais voila, Sarance n’est plus. Ses murs sont tombés aux mains des Asharites. Il ne reste rien de l’empire glorieux de Valérius II. Les empires se font et se défont sous le glorieux soleil de Jad ou sous les étoiles d’Ashar. Il ne reste désormais que des souvenirs de la Cité perdue et les Osmanlis qui menacent les jaddites ou nom d’Ashar.

Alors, sur terre comme sous les dômes des temples de Jad, tout ce qui avait fait la gloire de Sarance s’effrite. Ne reste que les morceaux de souvenirs, piétinés comme le furent les morceaux de mosaïques tombés.

« Rien à distinguer dans le dôme,  pas dans cette obscurité,  quoi qui pût s’y trouver, façonné il y avait très longtemps, avec ces pierres et ces morceaux de verre qui dégringolaient dans l’espace et le temps. »

Pourtant, des années après la mort de Valérius II,après que Crispin eu terminé son œuvre, nous reprenons la route vers ce que fut Sarance.

Missionné par le Conseil des Douze de la petite république de Séressa, Péro Villani, jeune peintre peu connu, a accepté de réaliser le portrait du Grand Calife à Asharia. Il devra donc se rendre au cœur de l’empire ennemi et pénétrer dans les appartements de Gurçu le Ravageur. Il sait pourtant que personne n’y est admis et que le seul fait d’y ouvrir la bouche pourrait lui valoir la mort. Léonora Valéri a reçu elle aussi une proposition alléchante de la part de la République : enfermée dans un couvent par son père en raison d’une grossesse « inadéquate », elle recouvrera sa liberté si elle espionne la petite Cité de Dubrava. Quant à Marin Djivo, issu d’une riche famille marchande de Dubrava, il a reçu le mandat d’escorter le peintre et Léonora.

Or, le vaisseau qui les amène de l’autre côté de la mer Séressinienne est abordé par un groupe de raiders senjan au sein duquel se trouve Danica Gradek, dont le destin se liera à celui du trio après la mort du médecin qui servait de couverture à Léonora.

Ils sont quatre, et aucun d’eux ne sait encore que leur quête personnelle changera à jamais le futur de tous les enfants de la Terre et du Ciel…

Aprés nous avoir plongé dans la chine Antique, Guy Gavriel Kay nous ramène sur les terres d’Europe, au cœurs du monde méditerranéen du XVe et XVIe siècle. Habitué des romans de fantasy historique, et maitre en la matière, l’auteur nous livre une part de l’histoire du monde à cette époque troublées où chrétiens et Ottomans se disputaient la domination de ce que fut l’empire Byzantin. Et c’est notamment à travers l’histoire des Uscoques, peuple chrétiens et pirates croates basé à Senj (après avoir fuit l’avancé des Turcs), que Guy Gavriel Kay a voulu nous amener dans son monde. C’est donc en reprenant à son compte le conflit ouvert qui existait entre les uscoques et la Petite république de Venise que GGK ouvre son roman. On y retrouve par ailleurs la position très particulière de cette république où le commerce dépasse les conflits de religions ; ou encore l’histoire de Dubrovnik, à travers son reflet de fantasy : Dubrava. Et comme chaque fois des personnages réels renaissent sous la plume de l’auteur, ainsi, il me semble que Gurcu le ravageur n’est autre que  Mehmet II, ou encore que Péro Villani avait existé sous les traits de Gentile Bellini.

Lire la suite

Publicités

La chanson d’Arbonne de Guy Gavriel Kay

Au rythme des pages, je me suis évadée, dans un autre lieu, dans un autre temps. J’ai entendu les poèmes des ménestrels, les chants des troubadours. J’ai senti la chaleur de l’Arbonne, l’odeur des agrumes, le parfum de la Provence. J’ai suivi les sentiers que pages après pages Guy Gavriel Kay m’a conté, et je me suis laissée transporter par cette douce mélodie de La Chanson d’Arbonne

la chanson d'arbonne

Il y a en Arbonne les règles de l’amour courtois qui régissent un royaume désormais gouverné par une femme. On y célèbre leur beauté et l’amour qu’on leur porte. Et ces chants nourrissent l’admiration, l’espoir, mais aussi la haine lorsque Bertran de Talair décria son amour pour Aélis de Barbentain, mariée au duc Urté de Miraval. Lire la suite

Le fleuve céleste de Guy Gavriel Kay

cvt_le-fleuve-celeste_4367Il y eu les poèmes, les danses, les chevaux célestes. Désormais La Kitaï a perdu son âme. Il ne reste plus que le souffle d’un souvenir, l’écho d’un passé glorieux qui s’est éteint à jamais.« La douzième dynastie kitane, sous son radieux et glorieux empereur, ne gouvernait ni ne définissait plus le monde connu. Plus maintenant. »

Dans les contrées de l’Est, Ren Daiyan rêve de ce passé glorieux où l’on pouvait se battre pour la grandeur de son pays. Mais après la révolte de Li An, 400 ans plus tôt, qui a coûté la vie à des millions de victimes, la noblesse garde en elle la cicatrice brûlante de l’engagement militaire. Désormais l’armée est réservée aux paysans, il n’y aurait que déshonneur pour la famille de celui qui rejoindrait ses rangs. Alors la Kitaï s’enlise dans une guerre qu’elle ne peut gagner. Mais Ren Daiyan est décidé à suivre une autre voie, il veut être celui qui reconquiert les quatorze préfectures perdues de la Kitaï.

Dans un autre temps, un autre lieu, Lin Shan, fait la rencontre du poète en disgrâce Lu Chen. Et bien qu’elle ne fut qu’une femme dans un monde d’hommes, elle illumine ces illustres notables et la cour de son esprit vif, de sa noblesse de cœur, et de son talent pour les poésies en ci. Rappelant la place de la femme dans  cet univers où l’on ne leur en laisse pas, Shan déploie toute son intelligence pour se faire un nom et pour parvenir à se faire entendre. Elle intègre donc la cour, ses confidences et ses jeux d’influences auprès de ministres et de leurs conseillers.

Mais dans ce monde qui ne vit que des souvenirs de son passé, la vie bascule lorsque l’équilibre entre la Kitaï et les peuples de la steppe est bouleversé.

Lire la suite

Les Chevaux Célestes de Guy Gavriel Kay

les-chevaux-cc3a9lestesDans chaque roman de Guy Gavriel Kay, il y a l’écho d’un poème. La douceur d’un monde qui se dévoile devant nous. La beauté d’une vie que quelques vers servent à nous décrire. Mais quand ce monde vit de poème, c’est tout un peuple qui s’illumine de ces quelques rimes pour nous envouter des légendes de ce pays à la frontière entre l’imagination et le réel.

Sous la IXe dynastie sous le ciel, Shen Taï, deuxième fils de l’illustre général Shen Gao de l’empire de Kitaï, s’est retiré durant les deux années officielles de son deuil dans les montagnes du Kuala Nor pour y enterrer les morts. C’est afin de le remercier de ce sacrifice que Cheng-Wan, princesse de jade blanc de l’empire du Tagur, lui a offert 250 chevaux célestes. Un présent inestimable et démesuré pour lui et son peuple, envieux de ses chevaux sardiens, que la Kitaï ne possèdent pas. Mais alors qu’il apprend cette nouvelle prompte à bouleverser son monde, Shen Taï se voit dans l’obligation de quitter le Kuala Nor à la rencontre de son empereur au sein des manigances de toute sa cour.

Lire la suite

Tigane de Guy Gavriel Kay

J’avais besoin de m’évader, de trouver un havre littéraire, un monde qui m’envelopperai, me comblerai. J’avais besoin d’une valeur sur, d’un écrivain que j’admire pour son écriture, ses mondes, ses personnages. Je voulais me replonger dans un roman de Guy Gavriel Kay.

Mon choix s’est porté sur Tigane.

Il y a vingt ans, la Palme a été envahie par deux conquérants, deux puissants magiciens. D’un coté, Brandin, roi d’Ygrath. De l’autre Alberico de Barbarior, un homme ambitieux, venu conquérir de nouvelles terres pour prouver sa puissance aux yeux de son pays et de son empereur. Brandin quant à lui était venu pour accroitre sa nation. Il avait mené son fils Stevan sur le champ de bataille. Mais c’est aux bords de la Diesa, en combattant contre le peuple de Tigane que le prince mourut. Et c’est dans une rage proche de la folie que Brandin va assouvir sa vengeance au point de vouloir détruire ce peuple jusqu’à leur propre nom, leur propre histoire. C’est dans ce territoire, divisé, asservi, que vingt ans plus tard nous découvrons Alessan, fils de Valentin, dernier prince de Tigane et son frère spirituel, Baerd. C’est à travers les yeux de Devin, ménestrel ralliè à leur cause, que nous les suivons dans leurs pérégrinations. Il nous délivrera son sens aigu de l’observation pour nous faire découvrir ces hommes et ces femmes prêts à sacrifier leur vie pour retrouver la grandeur de leur pays.

tigane-couv Lire la suite

La Tapisserie de Fionavar de Guy Gavriel Kay

Pendant deux semaines, j’ai été transportée, enivrée d’un monde qui n’est pas le mien. J’ai fait de belles rencontres, j’ai eu de nouveaux amis. Durant cette période mon propre monde m’a paru fade. J’avais le sentiment d’être au delà de tout ça, d’être quelqu’un d’important parce que je connaissais cet autre monde, que je vivais avec lui. Je n’avais plus vraiment les pieds sur terre, j’étais ailleurs. Les rêves et la réalité se confondaient parce qu’un jour j’ai de nouveau ouvert les pages qui m’ont conduit au centre de la tapisserie de Fionavar.

Voila tout le talent de Guy Gavriel Kay. Nous envelopper, nous transporter, nous guider pour finir par nous laisser là, presque désœuvré. Comme dans chacun de ses romans, j’ai fermé la dernière page avec dans le cœur un immense chagrin, pour me retrouver au milieu de mon salon dans un monde qui me paraissait sans intérêt. Avec le sentiment d’avoir perdu mes repères, d’avoir perdu mes amis.  C’est pourtant avec une certaine appréhension que j’ai recommencé à lire les pages de ce roman que j’avais découvert il y a de cela dix ans. J’étais alors encore une enfant qui avait aimé ce monde de pure fantasy dépeint par un auteur que je découvrais pour la première fois. Pendant longtemps je l’ai cité comme l’un de mes romans préférés. Il m’avait terriblement marqué, à tel point que depuis dix ans je rêve de me faire décolorer les cheveux en blanc à la façon de Kim (sans jamais oser le faire).

Depuis j’ai découvert ses autres romans, bien différents de cette trilogie mais toujours aussi envoutants. Et puis le challenge de Merkilla m’a obligé à me replonger dans le monde de Fionavar avec cette angoisse de me demander si mes souvenirs de jeunesse n’allaient pas être dénaturés par mes yeux d’adulte…  Mais non, tout était là pour de nouveau me faire basculer dans le premier de tous les univers… Lire la suite

Ysabel de Guy Gavriel Kay

Le chant des grillons, l’odeur de la lavande, le vert éblouissant du printemps.

C’est avec un mélange d’espoir et d’appréhension que je me suis lancée dans le dernier roman de Guy Gavriel Kay traduit en français : Ysabel. De l’espoir parce que Guy Gavriel Kay est un fabuleux écrivain. De l’appréhension parce que son roman est très différent de tous les autres et qu’il en aurait déçu quelques uns.

Déjà je savais à quoi m’attendre : cette fois ci, pas de monde détourné, pas de personnage historique réinventé. L’histoire se passe à Aix-en-Provence et à notre époque. A première vue, la nostalgie poétique qui caractérise ses autres romans est moins présente. Et pourtant…

Immédiatement je me suis sentie transportée. Les beautés de la Provence semblent se déployer sous mes yeux. Je me retrouve dans ce lieu que je ne connais pas.

C’est donc à notre époque que le jeune Ned accompagne son père dans l’un de ses voyages professionnels à Aix-en-Provence. Accompagné de ses trois assistants, Greg, Steve et Mélanie, Edward Marriner, illustre photographe, a été engagé pour réaliser un livre sur les lieux historiques de la Provence.  Pendant que son père est occupé à trouver les meilleurs points de vue, Ned fait la connaissance de Kate, une jeune américaine venue en voyage linguistique en France. C’est dans la cathédrale d’Aix qu’ils feront la rencontre d’un mystérieux inconnu au comportement plutôt étrange. L’histoire aurait pu s’arrêter là, si Ned ne s’était pas découvert l’étrange capacité de repérer mentalement certains individus. Les voilà alors plongés dans une mystérieuse épopée où ils côtoieront des fantômes vieux de deux milles ans. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :