Les Chevaux Célestes de Guy Gavriel Kay

les-chevaux-cc3a9lestesDans chaque roman de Guy Gavriel Kay, il y a l’écho d’un poème. La douceur d’un monde qui se dévoile devant nous. La beauté d’une vie que quelques vers servent à nous décrire. Mais quand ce monde vit de poème, c’est tout un peuple qui s’illumine de ces quelques rimes pour nous envouter des légendes de ce pays à la frontière entre l’imagination et le réel.

Sous la IXe dynastie sous le ciel, Shen Taï, deuxième fils de l’illustre général Shen Gao de l’empire de Kitaï, s’est retiré durant les deux années officielles de son deuil dans les montagnes du Kuala Nor pour y enterrer les morts. C’est afin de le remercier de ce sacrifice que Cheng-Wan, princesse de jade blanc de l’empire du Tagur, lui a offert 250 chevaux célestes. Un présent inestimable et démesuré pour lui et son peuple, envieux de ses chevaux sardiens, que la Kitaï ne possèdent pas. Mais alors qu’il apprend cette nouvelle prompte à bouleverser son monde, Shen Taï se voit dans l’obligation de quitter le Kuala Nor à la rencontre de son empereur au sein des manigances de toute sa cour.

Il y a dans chacun des romans de Guy Gavriel Kay une tendresse, un rythme doux et envoutant. Tous sont teintés d’une mélancolie pour la beauté d’un monde ou la simplicité d’une vie. Et pour chacun d’eux nous sommes transportés, charmés parfois désabusés. Mais c’est toujours une myriade de sentiments qui s’offrent à nous pour nous faire vivre pleinement l’histoire de ses personnages et de ces peuples.

Dans Les chevaux Célestes, cette douceur ne fait pas défaut. L’auteur nous raconte l’histoire de la dynastie des Tangs, au VIIe siècle de notre ère. Amoureux des cultures, Guy Gavriel Kay nous replonge dans ce qui fut la grandeur de cette dynastie, qu’il reprend à son compte dans un roman de fantasy. Habitué du genre, et maître en la matière, il évoque des personnages historiques pour en refaire les héros de son roman. Et c’est avec un talent qu’il n’a plus à nous prouver qu’il nous fait revivre cette époque entre ses traditions, sa culture et ses conflits. Il nous livre les arcanes d’un pouvoir plongé dans des querelles internes, où chacun joue l’équilibre d’un monde pour des ambitions personnelles. Et à travers ces conflits, chaque personnage qui a fait la grandeur de cette dynastie revit sous la plume de l’auteur : l’empereur Xuanzong et sa favorite Yang Guifei respectivement l’empereur de Kitaï, Taizu et sa Précieuse concubine Wen Jian. Son premier ministre Yang Guozhong devient When Zhou et le général An Lushan est réinventé sous les traits de An Li. Leur vie y est retracée, parfois corrigée mais toujours à la frontière du réelle. Et c’est ainsi que nous y apprenons l’Histoire des Tangs, les vacillements de cette époque troublée par l’une des plus meurtrières guerres civiles de la Chine impériale.

A la lisière de ces conflits politiques, nous suivons le chemin de Shen Taï. Le jeune homme à l’ambition modeste se retrouve plongé dans des jeux de pouvoirs dont les règles lui échappent. A la fois convoité et menacé, Shen Taï se place sous la protection d’une guerrière Kanlin au caractère affirmé. En chemin l’illustre poète Sima Zian, L’Immortel Banni, (personnage historique de Li Baï) devient son compagnon de route, pour le guider et lui souffler des vers qui ont fait la grandeur de la Chine médiévale. Nous nous attachons irrémédiablement à ces personnages pour leur caractère parfois piquant ou extravaguant mais toujours bienveillant.Il y a attachement réel pour chacun d’eux, un lien qui nous unit et nous fait vivre à leur coté le temps le long du roman.

En parallèle, au Nord de la Kitaï, nous suivons Li-Mei, la jeune sœur de Shen Taï. Promise à un chef des plaines Bogü, barbares au delà de la Grande Muraille, la jeune femme voit son destin bouleversé. Elle qui fut dame de compagnie de l’impératrice se voit chevauchée à travers des steppes aux contrées sauvages où les chamans usent de magie, comme les courtisanes de leur pipa. Et dans cette épopée qui est la sienne, elle découvre l’influence de son jeune frère sur le cours des évènements.

Dans ces décors majestueux, entre les grandes plaines solitaires au delà de la Grande Muraille et le tumulte incessant des villes de la Kitaï, Guy Gavriel Kay nous plonge dans un monde somptueux aussi diversifié que fascinant. Mais il nous invite également à réfléchir sur notre vie. “Une époque est toujours trouble pour celui qui la vit”. C’est notamment à travers ces mots, que l’auteur nous questionne sur la place de chacun dans ce monde et la perception des faits historiques au regard de celui qui les vit. Mais GGK nous rappelle également à quel point les chroniques et poèmes d’une époque peuvent moduler l’Histoire. Celle-ci appartient aux gagnants et pour chaque événement, ces derniers les content à leur image pour en faire la version de tout un peuple.

En définitive, l’œuvre de Guy Gavriel Kay est à la fois une chronique sur un monde fascinant éteint depuis longtemps, mais aussi une réflexion sur les évolutions d’un monde en perpétuel mouvement.

Dans un autres romans que j’affectionne l’un des personnages nous dit que “Le lecteur vit mille vies dans une vie. L’homme qui ne lit pas n’en vie qu’une*”. Et c’est une autre vie que j’ai vécue avec GGK. C’est une autre vie qui s’est achevée avec les dernières pages de ce majestueux roman.

LineTje

*Games Of Throne- Intégrale 5

Fiche Technique

Les Chevaux Céleste ; Guy Gavriel Kay ; Ed. L’Atalante, 2014; Collection : La Dentelle du Cygne ; ISBN : 978-2-84172-675-2, broché, 654 pages. 25€

Cet article est publié dans le cadre du Challenge Guy Gavriel Kay proposé par Merkillia :

Du même auteur :

Les lions d’Al Rassan

La mosaïque de Sarance

La Tapisserie de Fionavar

Ysabel

Le Dernier Rayon du Soleil

Tigane

Publicités
  1. Huumm, je sens que mon exemplaire ne restera pas trop longtemps dans ma PAL finalement ! Je ne connais vraiment pas du tout la culture et l’histoire chinoise, tu penses que je risque d’être perdue ?

    J'aime

      • Lintje
      • 10 février 2015

      Non pas du tout. Je ne la connaissais pas vraiment non plus et ca se lit tres facilement. La seule chose un peu compliquée se sont les noms qui du coup pour nous on un peu tous les memes intonations donc c’est parfois risque de confusion. Mais a chaque doos GGK reprecise qui est le personnage. Et cette fois ci il n’y a pas non plus trop de personnages. Je te le conseil vivement 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :