Narcogenèse d’Anne Fakhouri

Utopiales 2009, le prix du roman jeunesse est décerné à… Anne Fakhouri pour son roman le « Clairvoyage » face à l’auteur Neil Gaiman. Suite à la remise du prix, il n’aura fallu que peu de temps à l’auteur française pour arborer un tee-shirt personnalisé où été inscrit en lettres majuscules :

–          Anne Fakhouri : 1

–          Neil Gaiman : 0

J’ai donc voulu découvrir ce roman, qui avait réussi à détrôner l’indétrônable auteur anglais. Et j’avais adoré ce magnifique voyage plein de clairvoyance que nous offrait Anne Fakhouri dans le monde des fées. C’est ainsi avec une certaine curiosité que je me suis lancée à la découverte de son nouveau roman : Narcogénèse. Cette fois-ci, plus rien à voir avec les fées et les princesses. C’est dans le monde des cauchemars que nous entraîne l’auteur.

                Depuis quatre générations, la mystérieuse et impénétrable famille Gaucher vit dans sa grande demeure, isolée du reste de la ville. Le Chais, comme il est coutume de l’appeler, recèle tous ses mystères et les gens du coin sont partagés entre admiration pour cette famille qui a fait fortune et crainte pour ceux que l’on accuse de sorcellerie. Nous découvrons, Claude, l’indéfectible mère, ses deux filles, Diane et Louise et ses petits enfants Lucie et Max.  « Il n’y a rien qui vaille la maison », alors la famille vit en communauté et seul des hommes venant d’une autre région prompte à reprendre en main la grande entreprise familiale peuvent espérer épouser une héritière.

En dehors du Chais, Louise est infirmière. Elle travaille dans un service de réanimation. Souvent, sa collègue la retrouve allongée près de ses patients, endormie. Car Zette a la faculté de voyager dans les rêves. Et c’est lors de l’une de ses excursions qu’elle rencontrera le marchand de sable. L’homme au visage long et osseux qui hante les rêves des enfants.

Nous suivons également Simon, il ne baise plus, ne boit plus et ne joue à rien. Ce flic au relent dépressif va être chargé d’enquêter sur la disparition d’un enfant de la DDASS. Mais tout devient beaucoup plus compliqué lorsque l’on retrouve le corps inanimé de celui-ci dans le jardin du Chais.

A travers les yeux de Ti, le fils du gardien, de Diane, de Zette ou encore de Simon, nous découvrons pas à pas tous les mystères du Chais, entre rêve et réalité. C’est avec une grande justesse que l’auteur nous tient en haleine en nous dévoilant petit à petit tous les éléments de l’intrigue. Anne Fakhouri a su trouver cet équilibre pour nous tenir sans nous lasser. C’est donc avec plaisir que nous la suivons entre rêve et réalité. Les jeux d’écriture parfaitement mesurés nous permettent de comprendre les sous entendus de chaque événement sur l’autre « monde ». A l’instar du très terre à terre Simon, nous tentons de percer le mystère de ce Marchand de Sable qui ne vit que dans les rêves de Zette

En parallèle, nous découvrons tous les mystères de la famille Gaucher. Ses origines, les raisons de leur fortunes et de leur mystère. Nous comprenons ce qu’est cette ligne d’amandier au fond du jardin que personne ne peut franchir. D’abord dans le flou puis avec plus de certitudes nous nous familiarisons avec ces lieux et ces personnes que nous côtoyons.

 En définitive, c’est une très belle découverte et une belle entrée pour l’auteur dans le monde de la littérature pour adultes et adolescents… juste un conte de fées un peu différent …

Lintje

Fiche technique : L’ATALANTE, coll. La Dentelle du Cygne n° (269), mars 2011 320 pages, catégorie / prix : 5, ISBN : 978-2-84172-537-3

Publicités
  1. Ahah pas mal l’idée du tee shirt 😀
    J’approuve 🙂 L’équilibre est bien trouvé pour distiller les informations sans perdre le lecteur.
    Ce dont je suis sûre… c’est que je n’aimerai pas habiter au Chais !

    J'aime

      • Lintje
      • 13 janvier 2012

      On va dire que pour dormir au Chais faut pas avoir peur des fantômes!
      en tout cas je suis contente de savoir que tu as eu le même regard que moi sur le livre

      J'aime

    • momo54
    • 25 février 2012

    Honnêtement ! je n’ai pas du tout aimé ce livre, mais c’est surtout dû au fait que les chapitres ne se suivaient pas. Certes, certains moment m’ont tenu en haleine mais je pense que je préfere le fantastique a la dino buzzati ! chacun ses goûts te dirais-je. J’ai du lire ce livre parce que je fait parti des lycéens qui élisent le prix Imaginales 2012 et qu’il est en compétiton. je ne pense vraiment pas voté pour lui mais je voulais les lires tous. je pense avoir trouvé mon petit favori (que je ne citerais pas) en tout cas je suis bien content de voir que des avis sont différents du mien.

    J'aime

      • Lintje
      • 26 février 2012

      Je ne connaissais pas Dino Buzzati, je viens de découvrir (merci wiki).
      A l’inverse de toi j’aime beaucoup passer d’un personnage à un autre mais effectivement c’est un mode d’écriture particulier qu’il faut apprécier. Comme tu dis à chacun ces gouts et il en faut pour tous !
      Sur que tu ne veux pas nous dire ton favori pour les imaginales 😉 ? En tout cas c’est une chance de pouvoir faire parti d’un tel jury !
      Merci d’avoir donné ton avis.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :