Posts Tagged ‘ Moriarty ’

Les lunes de sang d’Anaïs Cros

Dans le monde de la littérature Sherlock Holmes est devenu une figure emblématique. Mille fois réinventé, mille fois réadapté, il a traversé les époques, traversé les continents. Chacun y apportant sa touche personnelle, sa propre vision du personnage. Et dans cet univers où tout est possible, il ne pouvait que franchir les barrières de la fantasy pour se réinventer dans un monde peuplé d’Elfes et de Nains. C’est ce qu’Anais Cros à fait dans son roman Les Lunes de Sang.

cvt_Les-Lunes-de-sang_3561En fan du monde de Sherlock Holmes, l’auteur  à voulu rendre hommage au célèbre détective. Si, lors des premières pages j’ai crains que ce ne soit qu’un remake fade et sans grand intérêt, Anais Cros a su se détacher des romans d’Arthur Conan Doyle pour faire son propre récit. Pour notre plus grand bonheur, les caractères des personnages sont bien ceux de Sherlock Holmes et de John Watson, mais Listak et Ervrhal ont leur propre histoire et leur propre destinée. Lire la suite

La science de la déduction : Une nouvelle époque pour Sherlock

Bon d’accord, je le reconnais, les Sherlock de Guy Ritchies sont nuls… Tout du moins en comparaison à la série diffusée par la BBC… Fini la grande production Hollywoodienne où de célèbres acteurs sont mis à l’honneur. Dans cette série c’est bien toute l’extravagance du personnage de Sherlock qui est mis en exergue. Et si j’ai découvert et adoré ce célèbre détective grâce à Guy Ritchie (ne renions pas mes anciens amours d’un trait : voyez par vous même) je dois dire que la série est à la hauteur de sa réputation et nous laisse tout le loisir de s’exalter de toute la démesure d’un personnage tel que Sherlock Holmes…

Maêlle se joint à moi pour une petite présentation de la série.

Cette fois ci, l’histoire se passe dans un Londres des années 2000. Portables, blog (et surtout celui écris par Watson sur les enquêtes de Sherlock : The personal blog of Dr Watson) et autres moyens de communication modernes sont à l’honneur. Et si Sherlock (auto proclamé détective consultant… Un métier unique en son genre) ne perd rien de son sens de la déduction, il n’en utilise pas moins les moyens mis à sa disposition. Quand à Watson (ancien médecin de l’armée britannique revenu d’Afghanistan) il retrouve ses envies d’adrénaline auprès de son colocataire devenu ami. Lire la suite

Peu importe l’intrigue, pourvu qu’il y ait le style : Sherlock Holmes

Chaque genre littéraire est marqué par ses mythes. Dans le genre polar, Sherlock Holmes et son inséparable Watson en sont.

Pour ma part, je ne connaissais ce personnage romanesque que de réputation : un super détective capable de résoudre les enquêtes en un rien de temps, toujours accompagné de son dévoué Watson et cette phrase devenue culte « Élémentaire mon cher Watson », son manteau à carreau à la mode londonienne et sa célèbre pipe.

Bien. N’étant pas une grande fan de romans policiers, pas de quoi en faire tout un plat. Il n’était, pour moi, pas plus que d’autres noms de la littérature classique, seulement un personnage ayant réussi à marquer son genre.

Et puis, j’ai découvert les films de Guy Ritchie… Et là ce fut une révélation. Peu importe l’intrigue, pourvu qu’il y ait le style ! Sherlock Holmes c’est soudain résumé en cette phrase. Ce n’est pas ce bon vieux inspecteur Barnaby à la fois terne et sinistre. C’est un personnage excentrique aux relents burlesques. Capable du pire comme du meilleur mais toujours avec cette authenticité bien à lui.

Sherlock Holmes c’est d’abord cet homme à la capacité d’analyse et de déduction des plus remarquables. Rien ne lui échappe de l’indice le plus grotesque à la finesse de l’esprit humain. Mais il est aussi et surtout cet homme théâtrale dans les jeux de l’intrigue. Il conseille la police mais la dédaigne avec une ironie qui fait notre plus grand bonheur. Il se joue des codes, rit de ses supercheries, méprise tout ce qui n’a pas d’intérêt pour son art.

A la fois hautain, snob et fier de sa personne, nous découvrons parfois un Sherlock nostalgique voire d’une profonde sensibilité quand Watson décide de ne plus  vivre au 221 b, Baker street. Sherlock holmes est tout cela à la fois, imprévisible, extravagant, mais surtout unique. Lire la suite