Posts Tagged ‘ Burich ’

Le Fou et l’assassin – Tome 1 – de Robin Hobb

Après m’ avoir laissé complétement désœuvrée à la fin de la saga de l’Assassin Royal, pour mon plus grand bonheur Robin Hobb nous replonge en plein cœur du Royaume des Six-Duchés à travers sa nouvelle épopée : le Fou et l’Assassin.

Attention pour ceux qui n’auraient pas fini la saga de l’Assassin Royal, cette chronique dévoile certains éléments fondamentaux de l’intrigue. Mais pour tous ceux qui en sont venus à bout, vous pouvez vous plonger sans risque dans cette article !

Nous voila donc de nouveau sur les terres des Six-Duchés. FitzChevalerie Loinvoyant, désormais connu sous le nom de Tom Blaireau, vit une vie paisible dans le domaine de Flétribois auprès de sa femme Molly et de celle qui fut presque sa mère : Dame Patience. Après plusieurs années de séparation, le couple vit enfin heureux et unis, entouré des enfants de Molly. Ayant trouvé enfin un peu de quiétude, Fitz tente d’oublier sa vie d’espion et d’assassin royal pour se consacrer à la gestion du domaine. Loin des intrigues de Castelcerf il n’aspire qu’à vieillir tranquillement auprès de celle qu’il a toujours aimé. Mais alors qu’ils célébraient la Fête de l’Hiver, une messagère est mystérieusement assassinée sans avoir pu lui délivrer son message…

Si certains livres nous donnent l’impression de vivre une autre vie, l’illustre saga de Robin Hobb fait assurément partie de cela.

Lire la suite

Publicités

L’assassin Royal – Tome 7 et 8 – de Robin Hobb

C’est au cœur de la forêt, au bord d’une rivière que j’ai retrouvé ce vieil ami. Il vivait là, seul. Seul ou presque, son loup ne l’avait pas quitté, et il avait adopté un enfant qui aujourd’hui était devenu un jeune homme. Il avait enfin la vie qu’il avait toujours voulu. Personne ne décidait désormais de son destin. Personne ou presque, car le destin nous rattrape toujours. Surtout lorsqu’il s’agit de FitzChevalerie Loinvoyant. Le bâtard royal. L’assassin de sa majesté.

Après plusieurs années déjà, je me suis replongée dans la formidable épopée de L’assassin Royal (tome 1 à 6). Le temps a passé et pourtant chaque souvenir m’est revenu peu à peu. J’ai savouré avec délices le retour dans ce monde qui m’avait autrefois happé. J’y ai retrouvé ses personnages que j’avais tant aimés, cet univers : Castelcerf et ses intrigues, et je me suis laissée transporter par la plume de Robin Hobb.

L-assassin-royal-tome-7Quinze ans après le tome 6 nous retrouvons Fitz au cœur de cette forêt, réfugié dans une chaumière abandonnée. Rebaptisé Tom Blaireau, il voit ressurgir dans sa vie ceux qu’il croyait oubliés. Umbre. Le Fou. Chacun ramène avec lui de vieux souvenirs, de vieilles blessures. Avec son âme de conteuse, Robin Hobb nous replonge dans les derniers pages du premier cycle de l’assassin Royal. Elle nous rappelle ce que fut la vie de cet enfant, bâtard du prince Chevalerie, auprès de son oncle Vérité. Mais aussi, et surtout, le sacrifice de cet oncle devenu roi, dans la Cité des anciens. Elle nous entraine dans les souvenirs les plus sombres de Fitz : la perte des êtres qu’il avait aimés, l’accession au trône du prince Royal, sa propre mort. Et puis, peu à peu, au coin d’un feu, Fitz évoque ce que fut sa vie après tout cela. Il nous conte ses périples qui le menèrent jusqu’à cette vieille chaumière qui devint son refuge. Au fils des pages, avec une douceur qui caractérise les phrasés de Robin Hobb, chaque élément se met en place pour finir par nous ramener au cœur de la cité de Castelcerf. Lire la suite

L’assassin Royal -Tomes 1 à 6 – de Robin Hobb

Après un mois et demi de lecture assidue et les commentaires de la quasi totalité des Singes de l’espace, je suis enfin parvenue à bout des six premiers tomes de L’Assassin Royal. Grand roman de la littérature de fantasy qui les avait profondément marqué, Gaëtan, Maëlle et Ludo n’ont pas manquaient de suivre chacune de mes avancées. C’est donc après avoir subit quelques spoilers (je ne vous remercie pas !) que j’éprouve moi aussi le besoin de vous faire partager cette belle découverte (en me gardant bien de vous révéler toute l’intrigue bien entendu !).

C’est à l’âge de six ans, que le jeune garçon, dépourvu de prénom, fut ramené par son grand père à la Caserne de Oeil-de-Lune pour être redonné à son père le roi servant Chevalerie.

« – Ca fait six ans que je le nourris à ma table et aucune nouvelle de son père, jamais une pièce d’argent, jamais une visite, alors que d’après ma fille il sait parfaitement qu’il lui a fait un bâtard. »

Bâtard, voila ce qu’est notre héros. Il sera donc dénommé « Fitz », le bâtard, dans la langue de l’auteur.

Lire la suite

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :