Luxley de Mangin & Ruizg

Au XII° siècle, au moment de la Troisième Croisade, alors que des voleurs commandés par le fameux Robin des Bois, attaquent tranquillement le convoi du prince Jean, des « démons » surgissent et capturent ce dernier. Ces démons sont en réalité des indiens d’Amérique (Mayas, Incas, Aztèques et bien d’autres) qui après une traversé de l’Atlantique attaquent le vieux continent, 300 ans avant Christophe Colomb.

Après cette introduction (qui donne une amusante impression de clin d’œil : discours exagéré, caricature, etc.), le récit démarre vraiment hui années après  l’invasion, alors que les « Atlantes » dominent une bonne part de l’Europe.

Lire la suite

Publicités

Interdire l’accès à des sites ou des applications Internet

Comme on le sait tous, internet offre l’accès à une masse d’individus aussi pervers que dépravés. A des sites d’asociaux fous et dangereux. Comme ce fameux blog « Les Singes de l’Espace » dirigé par deux énergumènes totalement déviants. La preuve l’un n’aime pas Windows et utilise un obscur système créé par des probables hackers anormaux, tandis que l’autre lit de la Science-fiction, littérature infantile et abrutissante s’il en est !

Vous qui souhaitez préserver votre santé, mentale ou physique, j’ai la solution : le blocage des sites internet à éviter, et en premier lieu celui-ci.

Lire la suite

FreakAngels par Warren Ellis et Paul Duffield

Il y a vingt-trois ans, en Angleterre, douze enfants étranges naquirent exactement au même moment.

Il y a six ans, ce fut la fin du monde.

Voici ce qu’il s’est passé ensuite…

Quatrième de couverture abscons et sibylline s’il en est, elle évoque pourtant parfaitement (mais bien sûr insuffisamment) l’histoire des « Freakangels ».

Lire la suite

Les Cahiers du labyrinthe, recueil de Léo Henry

Ayant découvert Léo Henry à travers son impressionnante nouvelle paru dans l’anthologie de Serge Lehman Retour sur l’horizon (Les Trois livres qu’Absalon Nathan n’écrira jamais – lauréat du GPI 2010 Étonnant Voyageur !), j’ai décidé d’acheter ce petit recueil de nouvelle paru il y a plusieurs années aux défuntes éditions de l’Oxymore.

Composé de 12 nouvelles et d’une préface de Mélanie Fazie, ce livre se lit tout seul et très agréablement. Comme l’évoque la préface, les thèmes centraux sont principalement l’écriture et l’écrivain. On remarque d’ailleurs une forte similitude avec le travail que l’auteur effectuera plus tard sur sa nouvelle cité au début de ce billet : l’attachement au travail d’imagination et d’écriture.

Lire la suite

Vision déprimante (ou pas) – Ma PAL…

Aujourd’hui, rangement dans mes étagères… Pour me faire peur, j’ai dénombré mes livres « à lire ».

Résultat : une petite cinquantaine. Il serait temps de s’y mettre.

Bien sûr cette pile ne sera jamais vide sachant que j’achète (en gros) aussi vite que je lis, cependant il serait bien que j’arrive à la réduire, ou au moins à lire les plus anciens (certains traînent sur cette pile depuis plus de 2 ans). Mais ça me rassure toujours de savoir que certains de mes amis ont une pile de plus de 70 livres…. 😀

En voilà la liste. Sûrement pas mal de futurs billets :

Lire la suite

La Profondeur des Tombes par Thierry di Rollo

Envie d’un petit coup de déprime aujourd’hui ? Marre de voir la vie en rose ? Alors lisez Thierry Di Rollo et déprimez…

Dans un univers post-apocalyptique où le charbon est venu remplacer le pétrole épuisé, la Profondeur des tombes nous conte l’histoire de Forrest Pennbaker. Contremaitre dans une des nombreuses mines rouvertes, rien ne l’intéresse véritablement dans sa vie. Sauf s’occuper de son ersatz de fille : la réplicante CloseLip. Sa vie suit donc son cours sans qu’il ne s’en occupe véritablement jusqu’à ce que la folie (ou la lucidité dans un monde fou ? ) commence à s’immiscer en lui…

Lire la suite

Flight de Sherman Alexie : un kaléidoscope des situations des amérindiens à travers un roman moraliste

Paumé, peu considéré, Spots est un jeune orphelin métisse (mi-irlandais, mi-indien). Il n’a toujours connu que le triangle infernal : famille d’accueil, fugue, prison. Après une énième fuite qui se solde par un aller à la case prison, il fait la rencontre de Justice. Beau parleur, ce dernier le pousse à se revendiquer indien et à lutter contre la société qui l’écrase. Rhétorique assez simpliste qui touche pourtant Spots, puisqu’il n’arrive plus à croire en rien. Ni ses « nouveaux parents », ni ses professeurs, ni même les assistantes sociales ne semblent vouloir l’aider :

« Une assistance sociale, une femme qui portait des lunettes bleues avec une bande verte et des pantalons impeccables, m’a dit un  jour que je n’avais jamais eu le sens de la citoyenneté.

[…]

— Le problème, a-t-elle dit, c’est que tu n’as jamais appris à devenir un être humain totalement abouti.

Qu’elle genre de salope hypercultivée il faut être pour dire des choses pareilles à un gamin ! » (page 15-16)


Désabusé, entrainé par le charisme de Justice, Spots va jusqu’à braquer une banque. Résultat : plusieurs morts et une balle dans le crâne pour le narrateur. Mais ce n’est pas le long tunnel de la mort qui attend le jeune homme, mais un voyage dans le passé. Spots passera de corps en corps, de situation dramatique en zone de guerre. À chaque fois, il y découvrira ce qu’est véritablement la mort dans le but qu’il comprenne la portée de son geste.

Lire la suite

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :