En dehors de Google

Google, google, google ! Oui je vous voit là derrière votre clavier, vous faites toutes vos recherches sur Google ! Je le savais ! Et bien figurez vous qu’il n’y a pas que Google dans la vie.

Je vais donc vous présenter une série de moteurs de recherche alternatifs voir carrément bizarres.

Lire la suite

Publicités

Croquons un peu plus la pomme…

C’est un fait la dernière version d’Ubuntu a un petit air de Mac OS mais après tout l’expérience utilisateur n’en est-elle pas meilleure ?

Pour ma part je suis un adepte du bidouillage informatique mais force est d’admettre que ce n’est pas son usage premier. L’informatique doit avant tout être un outil, et un bon outil se doit d’être efficace sans qu’il soit nécessaire de l’adapter à son usage principal. C’est pourquoi je pense que la reprise par le monde du libre d’innovations intelligentes et utiles ne peut être qu’un bienfait. Après tout pourquoi toujours se démarquer, cela ne fait que nous marginaliser. Autant admettre que les autres aussi font de bonnes choses. Alors n’hésitons pas à aller fouiller du côté de Microsoft et Apple si nous pouvons en retirer quelque chose. C’est d’ailleurs l’essence même de l’état d’esprit du hacker propre au logiciel libre : regrouper ensemble les meilleurs idées pour se faciliter la vie !

[Intrusion de Gaëtan]

Tout à fait d’accord avec mon collègue. Ce n’est pas parce que nous sommes des adeptes du libre que nous devons rejeter automatiquement ce que fait le voisin (propriétaire ou non). Et ce n’est pas parce qu’Ubuntu imite (pour six mois pour le moment, nous verrons ce qu’il en sera en octobre pour la prochaine mise à jour) le look de Mac OS qu’il va rejoindre le côté obscur de l’informatique. Perso je trouve le look de Mac assez sympa (mais bon c’est une question de goût) et ça ne me dérange pas qu’Ubuntu en propose par défaut une imitation. Comme le dit Zoltenk, un système d’exploitation (comme tout logiciel) se doit avant tout d’être pratique et utile, pas forcément positionné politiquement (même si préfère le « Libre »).

[Fin de l’intrusion et reprise de l’article]

C’est dans cet état d’esprit que j’ai recherché un équivalent à la technologie Quicklook de Apple permettant l’affichage rapide du contenu d’un fichier sans nécessiter de lancer l’application dédiée. Je suis ainsi tombé sur GloobusPreview qui s’acquitte parfaitement de cette tache.

Lire la suite

Ubuntu encensée sur Times Online

Ubuntu est la plus connue des distributions GNU/Linux mais bien moins en dehors du petit monde de l’informatique libre.

Et bien cet état de fait est peut-être en train de changer avec la sortie de la dernière version Lucid Lynx qui enthousiasme de nouveaux utilisateurs comme le prouve cet article publié sur le Times Online.

Lire la suite

Le reader PRS-600, en route vers la dématérialisation…

Voici un article que je prévoyais depuis longtemps : le test du Sony PRS – 600 !

PRS-600 kézako ?! Le successeur de R2D2 ? Et bien pas du tout, il s’agit d’un modèle de livre électronique basé  sur l’encre électronique, une technologie encore méconnue.

Comme j’ai pu le constater de nombreux lecteurs de ce blog sont de fervent lecteurs et j’ai pensé qu’un rapide aperçu de cette nouvelle technologie qui bouleversera peut-être nos habitudes serait intéressant.

Tout d’abord je précise pour ceux qui ne le savent pas encore que le Sony PRS – 600 est un modèle d’e-book (de liseuse, de readeur, chacun choisira son appellation) commercialisé par Sony en remplaçant du PRS-505 (mais si vous savez le truc bizarre planqué dans un coin sombre de la fnac avec généralement l’écran cassé et qui coutait les yeux de la tête) avec pour vocation de remplacer nos traditionnels livres. Même si je ne suis pas un aussi gros lecteur que Gaëtan j’ai vite était attiré par cet objet permettant d’emporter toute sa bibliothèque avec soit, de plus étant moins attaché à l’aspect matériel que mon compère j’ai décidé de sauter le pas en janvier dernier.

Comme dit plus haut je souhaitais publier un article à chaud lors de mon achat, en définitive j’ai préféré attendre d’avoir un peu écorné ses pages électroniques pour donner un avis plus juste.

Lire la suite

J’émule, tu émules, nous émulons – 3

De retour après une courte pause (révisions obligent), et me revoici avec une nouvelle console à émuler : la Super Nintendo !

Cette console 16 bits de quatrième génération sort pour contrer les Megadrive, NeoGeo, etc. Elle connaîtra d’ailleurs un grand succès. Voyons dès lors comment ressusciter ce monument du jeu vidéo :

Lire la suite

J’émule, tu émules, nous émulons – 1

Aujourd’hui sera le départ d’une série de billets sur l’émulation de consoles de jeu vidéo sur distribution GNU/Linux.

Et oui car à défaut d’avoir une bête de course comme ordinateur, avec huit cartes graphiques montées en parallèles, 24 cœurs et 253 Go de ram, il est possible de s’amuser avec des jeux vidéos. Certes ces derniers sont souvent plus proches de l’amas de pixel que du dernier blockbuster en 3D mais qu’importe. Je vous propose ainsi de vous replonger avec nostalgie dans certains des jeux mythiques des premières consoles. Et pour ceux qui n’ont pas connus ces grands moments vidéo-ludiques, c’est l’occasion de les découvrir.

Cette série de billet vise à avancer chronologiquement et commencera aujourd’hui par l’émulation d’une Nintendo Nes (je finirai certainement par la PSOne, mon ordinateur n’étant pas assez puissant pour émuler correctement la PS2) !

Alors pour ceux qui ne connaissent pas, l’émulation consiste à substituer un élément de matériel informatique – tel un terminal informatique, un ordinateur ou une console de jeux – par un logiciel (définition Wikipedia).

Lire la suite