Harry Potter – Tome 1 L’école des sorciers de J.K. Rowling

Nos valises sont prêtes, nous attendons avec impatience le train annoncé sur le quai 9 3/4 de la gare King’s Cross. Accompagnée de Maêlle, nous commençons notre voyage vers un autre monde. Après plusieurs heures, au delà des paysages vallonnés du royaume Unis, nous voila enfin arrivés à destination.

Assise sur mon canapé, alors qu’un feu de cheminée danse dans l’âtre, j’ai le sentiment de m’installer dans la salle commune des Griffondor.  Et autour de moi, tout l’univers de mon enfance se remet en place : Poudlard et son décor majestueux.

Salle commune des Griffondor – Pottermoremania – Eklablog

Il est difficile de faire une chronique sur une œuvre aussi illustre qu’Harry Potter. Comment parler d’un univers adulé par des millions de fans à travers le monde. Ce n’est pas une nouveauté,  pas une petite découverte que j’aimerai partager avec vous… Alors retournons 18 ans en arrière. Lorsque pour nos 12 ans, on nous a offert (à mon frère jumeau et moi) un petit coffret de 3 livres. Nous voilà bientôt parti à la rencontre de ce petit sorcier, découvrant, comme des milliers d’enfants, l’école de Poudlard et ses nombreuses aventures qu’elle nous promettait. En voila, un héros pas si ordinaire : intrépide, courageux et surtout, de notre âge. Alors 18 ans plus tard, après l’essor qu’à connu cette saga, après avoir laissé le temps filé, je vais simplement essayer de vous transmettre mes sentiments retrouvés à la (re)lecture de cette saga.

Pour ceux qui seraient passés à coté :

Harry Potter c’est ce jeune garçon qui n’était qu’un bébé quand il fut déposé devant la porte de son oncle et sa tante, après la mort de ses parents. Onze ans ont passé, et le garçon a grandit entre les coups de son cousin Dudley et la maltraitance de son oncle et sa tante. Mais à l’aube de son anniversaire, voila qu’il reçoit un drôle de courrier : Il est convoqué à l’école des Sorciers de Poudlard. Là bas, il y découvre une nouvelle vie, celle d’un sorcier, mais aussi son passé. Célèbre sans même le savoir, Harry Potter apprend qu’il est le seul a avoir survécu, il y a onze ans, à l’attaque du seigneur des ténèbres : Lord Voldemort.

Accompagné de ses deux plus fidèles amis, Ronald (Ron) Weasley et Hermione Granger, ils découvrent ensemble la vie au château et vivront de nombreuses aventures.

Replonger dans l’univers de Harry Potter c’est d’abord redécouvrir tous ces petits détails qui ont fait de ce roman un monde à part entière : Les dragées surprises de Bertie crochue, ces escaliers qui mènent ailleurs le vendredi, ces portes susceptibles qui refusent de s’ouvrir si on ne leur demande pas gentiment sans compter bien sûr les tableaux qui bougent sans cesse et se rendent visite. Dés son premier tome, J.K. Rowling a eu le talent de nous transporter pleinement dans son univers, où les moindres détails semblent avoir été pensés. Et en quelques pages, Poudlard devient pour nous un espace protégé, la salle des Griffondor, notre salon coconing et la grande salle, un lieu majestueux qui nous subjugue. J’ai toujours éprouvé un sentiment particulier lorsque la neige envahit la cours et que Noël frappe à la porte de Poudlard. Comme une paix intérieur qui m’envahit, l’hiver s’installe dans toute sa quiétude et nous enveloppe de toute sa douceur, à l’image des mots de J.K. Rowling.

Si ce premier tome est vraiment marqué jeunesse, les suivants évolueront au rythme de son personnage vers un univers plus sombre. Mais Harry potter et l’école des sorciers  est avant tout une mise en place des personnages et de ce monde situé aux portes de Londres. A l’image du jeune  sorcier (ayant grandit dans le placard sous l’escalier de son oncle et sa tante, de bien sinistres moldus) nous découvrons petit à petit les règles, les coutumes et l’histoire  de ce monde de magie. Célèbre malgré lui, Harry Potter sera adulés par certains, hait par d’autres, mais tous attendront de lui qu’il fasse ses preuves. Et la toute premiere épreuve que Harry devra passer est le choix de la maison a laquelle il appartient : Griffondor, Serdaigle, Poustouffle, Serpentard. Si le chapeaux magique nous assure que chacune de ses maisons a ses vertus, ses qualités et son histoire, il ne nous faut que quelques pages pour détester les serpentards et rallier la cause des Griffondor et leur noblesse d’esprit.

Mais Harry Potter c’est aussi et surtout une formidable histoire d’amitié. Des liens uniques unissent les trois personnages et ne cesseront de s’affirmer tout au long de cette série. Tout d’abord Ron, le plus fidèle ami : franc, loyal, attendrissant. Ce dernier sortira de l’ombre de ses frères pour se retrouver sous celle de son ami, mais malgré tout il restera toujours à ses côtés. Quant à Hermione, j’avais oublié à quel point elle pouvait être pénible au début du roman, avec son air de madame je-sais-tout. Mais en quelques pages nous apprenons à l’apprécier, et trés vite ce trio marche à merveille, dans toute sa complémentarité. Et c’est bien parce que Harry ne respecte aucune règle (et que les deux autres sont prêts à le suivre n’importe où) que ces trois là se verront mêlés à  tout un tas d’aventures.

Mais toujours l’ombre de Lord Voldemort plane sur eux.

Alors après quelques jours, j’ai refermé mon livre, quitté le fauteuil des Griffondor. Il était temps de retrouver le monde des moldus. 

 

Cet article est publié dans le cadre d’une lecture commune avec mon amie Maêlle, vous pourrez bientôt retrouver son article sur son blog.

 

 

Linetje

Fiche technique : Harry Potter à l’école des sorcier, tome 1, de J.K. Rowling, Folio jeunesse, ISBN : 978-2-07-064302-8, 312 pages, 1998, 8,50€

Publicités
  1. Que de souvenir… J’ai relu le premier chapitre (je suis happée par Ray Shepard en ce moment, c’est compliiiiiqué à gérer, j’ai aussi un passionnant roman graphique documentaire sur la brigade des mineurs, bref je ne sais plus où donner de la tête, mais promis je vais revenir à Harry – qui devrait réussir à me sortir Ray de la tête) et c’est tout plein d’émotions comme tu dis. J’ai eu le sentiment de retrouver un doudou, une couverture bien chaude dans laquelle je me suis lovée et qui fait du bien… Je te rejoins vite 😉

    J'aime

    • C’est complètement ça. Un doudou. J’ai l’impression de redevenir une petite fille !
      Je t’attends avec impatience. On prendra le 2e wagon ensemble 😘

      J'aime

  2. Je suis d’accord avec toi : replonger dans cet univers, c’est surtout redécouvrir certains détails et tant les apprécier. J’ai trouvé l’écriture magistralement visuelle. Et je n’ai pas eu besoin aucunement des adaptations cinématographiques pour me « faire des films » 😉 J’ai commencé par le deuxième tome pour ensuite découvrir le premier. C’était complètement par hasard puisque mon petit frère venait d’emprunter le tome 2 et me sommait de découvrir la saga (il venait de rendre le premier). Je pense au final que ce fut une bonne stratégie.

    J'aime

    • Je suis entièrement d’accord avec toi. Son livre est très visuel et c’est aussi pour ça que je n’ai pas du tout aimé les films au départ. Ils ne correspondaient pas à mon idée de Poudlard.
      Ah pourtant le tome 2 est celui que j’ai le moins aimé. J’ai particulièrement adoré le 3 et 4 .

      J'aime

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :