La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dickers

C’est l’histoire d’un écrivain avide d’écrire son prochain roman. C’est une histoire d’amitié, d’amour aussi. C’est l’histoire d’un meurtre.

La vérité sur l’affaire Harry Québert est un peu tout ca à la fois. Difficile de le mettre dans une case si ce n’est celle des romans à succès qui ont marqué une génération.

La_Verite_sur_l_Affaire_Harry_QuebertMarcus Goldman est un jeune écrivain à succés. Glorifié, adulé lors de la sortie de son premier roman, il a abusé des plaisirs de sa nouvelle vie. Mais quand son éditeur commence à lui mettre la pression pour écrire un nouveau roman, c’est la page blanche. Rien ne sort, aucune idée véritablement engageante. Rien. Mais voila que son ami et mentor, Harry Québert se retrouve accusé du meurtre d’une jeune fille de 15 ans dans les années soixante dix. Horrifié par ce qu’il vient d’apprendre et convaincu de l’innocence de son ami, Marcus part dans le New Hampshire afin d’enquêter sur ce meurtre qui s’est déroulé il y a plus de trente ans. Et alors que l’amour interdit entre Harry Québert alors agé de 34 ans et Nola est révélé aux yeux de tous, Harry Québert est jeté en pâture, coupable idéal pour avoir bafoué la bienséance américaine

Dans ce roman écris à la première personne, l’auteur nous plonge dans les pensées de Marcus décidé à enquêter sur le passé de son ami. Et à travers lui, nous replongeons dans les souvenirs des années 70 ; et celles plus récentes de sa propre jeunesse et de la naissance de son amitié avec Harry.

Alors, La vérité sur l’affaire Harry Québert, c’est l’histoire d’un écrivain : plongé dans l’enquête qui voit son ami devenir le coupable idéal, Marcus décide d’écrire son histoire, afin de refaire la réputation de celui qui aura été l’un des plus grands écrivains des années 70. En toile de fonds, nous découvrons les enjeux marketing, la soif de vente d’un éditeur à la recherche du roman qui fera le buzz.

Mais chaque chapitre est aussi l’occasion de se souvenir des 33 conseils que Harry a prodigué au jeune Marcus dans sa quête de devenir un écrivain célèbre. L’auteur a donné à ces souvenirs un aspect intimiste qui nous imprègne de ce lien indéfectible entre Marcus et Harry.

« Apprenez à aimer vos échecs, Marcus, car ce sont eux qui vous bâtiront. Ce sont vos échecs qui donneront toute leur saveur à vos victoires. »

Alors, c’est aussi une histoire d’amitié, de celle qui lie un homme jeune et ambitieux à son mentor pour lequel il éprouve une éternelle reconnaissance. Une admiration aussi, pour tout ce qu’il lui a appris. Quelque soit ce qu’il fut, quelque soit les découverte que Marcus fait sur le passé d’Harry Québert, il reste à jamais celui qui lui a permis de devenir ce qu’il est et il se sait lié à lui comme l’on peut l’être à son propre père.

Une histoire d’amour. L’histoire interdite entre un homme de 34 ans et une jeune femme âgée de 15 ans. Amour inavouable, amour immoral aux yeux de cette Amérique puritaine. Mais l’est elle seulement aux yeux de l’Amérique? L’écrivain flirte avec notre propre sens de la moral. De cet amour réel et puissant qui dérange, qui nous interroge et qui pourtant est bel et bien là : fort, indomptable, inébranlable. Mais à travers ces lignes, l’auteur évoque aussi les sentiments de culpabilité d’Harry Québert, la fougue de Nola, amoureuse, insouciante des quand dira-t-on, mais aussi et surtout des risques que pourraient encourir Harry. C’est une belle histoire d’amour, où les sentiments d’Harry transcendent chaques pages du roman, et autours de laquelle, l’enquête policière ne cessera de tourner.

Mais la vérité sur l’affaire Harry Québert est aussi l’histoire d’un meurtre. Pour quelle raison a t’on assassiné la jeune Nola Kelleregan? Cette jeune fille souriante et avenante qui au fils des pages nous dévoile certaines zones d’ombre. C’est une enquête passionnante où les protagonistes ont aujourd’hui 30 ans de plus. Chacun remonte dans son passé, dans ses souvenirs pour retrouver les traces d’une histoire qui a bouleversé cette petite ville du New Hampshire. Nous découvrons chacun de ses habitants avec le regard suspicieux du détective. Mais Joël Dickers nous offre une multitude de rebondissement jusqu’à la dernière page.

J’ai hésité à me lancer dans ce pavé de 664 pages. Mais c’est sur les conseils avisés de ma sœur que j’ai finalement plongé dans ce roman. Je l’ai dévoré en quelques jours seulement. Avec une écriture aisée et passionnante, Joël Dicker happe ses lecteurs avec une facilité déconcertante. On ne peut s’empêcher de lire chacun de ses conseils d’auteurs inscrits au début de chaque chapitre en imaginant sa propre application à ce roman. Mais quelque soit la méthode, c’est une véritable réussite et un grand plaisir de lecture. J’ai trouvé les personnages remplis d’une grande sensibilité qui m’a touchée et qui m’a incitée à m’interroger sur ma propre vision de l’amour et de l’amitié.

« Un bon livre Marcus, c’est un livre que l’on regrette d’avoir terminé »

J’ai refermé la dernière page, triste d’avoir achevé ce très bon roman.

Linetje

Fiche Technique : La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dicker ; Ed. de Fallois , L’âge d’Homme ; 2012; ISBN : 978-2-87706-816-1 ; 22€ ; 664 pages.

Publicités
  1. Ce livre m’a beaucoup marqué, je t’en avais parlé aussi !
    L’histoire d’amour m’a marqué mais pas autant que l’amitié qui unit Marcus à Harry. Elle a un côté absolu, il ne doute jamais de son ami, de son innocence. Il a une confiance inébranlable qui est belle à lire.
    Quant à l’écriture, c’est du petit lait à lire…

    J'aime

    • Oui leur amitié est le socle de tout ce roman (malgré la différence d’âge ). L’auteur a une très belle écriture, fluide et envoûtante ! C’est un formidable roman qui a largement mérité tous les prix qu’il a reçu !!!!!

      J'aime

  2. Bon roman dans l’ensemble mais avec quand même de gros défauts: des rebondissements sont abracadabrantesques et l’histoire d’amour est assez mièvre. Mais dans l’ensemble, j’ai apprécié cette lecture.

    J'aime

    • Je suis assez d’accord sur les rebondissements même si en définitive je me suis plutôt laissée transporter par l’histoire.
      Quand à l’histoire d’amour, je pense avant tout que c’est la différence d’âge qui est importante et la façon pour chacun des deux personnages de l’appréhender. Je me suis plus fixée sur cet aspect la des choses plutôt que leurs sentiments amoureux.
      J’ai lu il y a quelques semaines déjà le livre des Baltimore et je crois que j’ai préféré ce 2e roman au 1er (même si j’avais beaucoup aimé la vérité sur l’affaire harry Quebert)

      J'aime

  1. 18 septembre 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :