Vends 2 pièces à Beyrouth le spectacle de Jeremy Ferrari

Une fois n’est pas coutume, c’est d’un spectacle que je souhaite vous parler aujourd’hui. Le dernier One man show du très cinglant Jérémy Ferrari : Vends 2 pièces à Beyrouth.

JEREMY-FERRARI-2015_3045214044684801034

L’heure approche, la musique résonne, la lumière s’éteint. Jérémy Ferrari apparait sur scène… Le spectacle commence.

« Alors, en cas d’attaque terroriste ce soir… »

En quelques mots, l’humoriste nous donne le ton. Sans préambule, il nous plonge au cœur de son spectacle et de son humour acerbe. Il faut trouver un responsable de la sécurité dans le public, nous avions prévu le coup, nous avons préféré le balcon….

Sans complexe, Jeremy Ferrari nous autorise à rire ceux sur quoi nous nous étions interdit. Il n’en fallait pas plus pour nous libérer de cette tension d’une actualité trop brulante et pendant ces deux heures de spectacle nous faire mourir de rire sur ce qui si souvent nous oppresse. Alors nous nous laissons emporter, accrochés à nos fauteuils, pour arriver, l’ombre d’une soirée, à se mettre à rire de tout.

Jérémy Ferrari semble ne se fixer aucune limite, il n’a aucun tabou. C’est cru, sans compromis et totalement désopilant. Dans une impression de grand méli-mélo, tout y passe, du recrutement des kamikazes de Daech, aux flics en roller sans oublier sa propre mère.

Et malgré tout, il nous délivre des messages. Certains sketchs deviennent l’occasion d’une prise de conscience acerbe qu’il est bon de partager. Le sentiment que tout ne tourne pas rond mais pourtant, fort de ses convictions, Jeremy Ferrari  dénonce ces injustices avec passion. Il porte son message avec sincérité au point de nous livrer un dossier complet sur les sources de son spectacle ; 1GO d’information est accessible directement sur son site (ici).

Bientôt le silence s’installe dans la salle, les visages se figent. Il n’y a plus de rire. Juste la voix de l’humoriste qui nous saisie. La triste réalité d’un « monde d’enculés » qui nous prend aux tripes. Mais les sketchs s’enchainent les rires reviennent.

Alors Jeremy, si tu n’as pas de religion ni de parti politique, tu as ton cœur, tes tripes et tes convictions. Et tout cela, tu nous l’a transmis avec générosité et beaucoup d’humour. Alors, si tu emmerdes les journalistes, les politiques, les humoristes y compris toi même, nous nous te remercions pour ce que tu nous a offert.

Ovation pour l’artiste !

image

Photo prise à l’opéra-théatre de Limoges tweetée par @JeremyFerrari

 

Linetje et Ludo

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :