La neige en deuil de Henri Troyat

En chinant sur les brocantes on tombe parfois sur de très bons ouvrages laissés à l’abandon. C’est le cas de ce récit émouvant au titre révélateur qui n’a pu laisser indifférent l’amateur de grands espaces enneigés que je suis. Écrit en 1952 par Henri Troyat, membre éminent de l’Académie Française,  cette tragédie nous montre, une fois de plus, la mortel magnificence de la montagne….

la neige en deuilIsaïe Vaudagne et son frère Marcellin vivent dans un petit village tranquille au cœur des Alpes. Depuis son accident de cordée qui lui a laissé des séquelles cérébraux, Isaïe ne monte plus les sommets qui bordent sa masure et se trouve un bonheur simple à s’occuper de ses quelques moutons. Mais son jeune frère ne supporte plus cette vie de reclus et rêve d’ouvrir son magasin en ville. Lorsqu’un avion venu des Indes s’écrase contre un pic neigeux aux abords du village, Marcellin y voit un moyen d’obtenir le financement de ses projets. Il incite donc son frère à rechausser ses crampons et le guider vers l’épave….

La plume agréable de Henri Troyat nous fait dévorer les pages de ce court récit (125 pages) malgré une expédition en montagne qui tarde à venir. Une patience récompensée par les magnifiques descriptions de l’ascension des deux frères qui nous invitent littéralement à grimper à leurs côtés. L’auteur a su retranscrire avec brio à la fois la beauté et la dureté d’une telle expédition. Chaque étape est une terrible épreuve décrite avec une épatante précision. La relation entre les deux frères et notamment la naïveté d’Isaïe, ajoute à la narration une touche tragique qui provoque chez le lecteur un déluge d’émotions divers, de la pitié à l’agacement en passant par l’attachement et la peine.

henri troyatCe fut un réel plaisir de découvrir ce grand Monsieur de la littérature française à travers cette aventure touchante. Henri Troyat (de son vrai nom d’origine russe Lev Aslanovitch Tarassov) nous a quitté en mars 2007 après 72 de carrière en laissant derrière lui de nombreux chef-d’œuvres dont L’Araigne pour lequel il reçut le Prix Goncourt en 1938.

Ludo

Fiche technique : La neige en deuil ; Auteur : Henri Troyat ; Ed. J’ai lu ; 125 pages ; Prix : 4€

Publicités
  1. intéressant! il faudrait que je le tente, le seul récit sur la neige que j’ai jamais lu c’est « The Thing », le livre adapté du film d’horreur de John Carpenter 😉
    On m’a parlé de « premier de cordée », c’est sur l’alpinisme des anciens temps. Je pense que ça reprend les dangers en montagne. Ce livre pourrait peut-être te plaire? ^-^

    J'aime

    • Ludo
    • 4 février 2016

    Merci pour le conseil mais je connais « Premier de cordée » et ses suites, j’adore Frison-Roche 🙂 La neige en deuil se lit très vite, un dimanche au coin du feu 🙂 Ma prochaine lecture sur la montagne sera « Annapurna Premier 8000 » de Maurice Herzog, tu connais?

    J'aime

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :