Geisha d’Arthur Golden

Il m’a semblé entendre les cliquetis de pas sur le pavé. J’ai cru apercevoir la silhouette glissante d’une femme au port altier, son costume, si typique, reconnaissable parmi tous. Et puis les rires au travers les fenêtres opaques d’un salon de thé. Le saké que l’on verse, les regards chargés de sous entendus et ces gestes qui se veulent des caresses. J’ai pénétré cet espace feutré aux coutumes raffinées, j’ai traversé le voile de ce monde de mystère pour découvrir toute la subtilité de l’univers des Geishas.

geisha

Lorsqu’à neuf ans la jeune Chiyo Sakamoto, fut vendue par son père et envoyée à Kyoto, elle était loin d’imaginer quel serait son avenir. Vendue dans un Okiya, elle subit son sort avant de décider d’en devenir le maître lorsqu’elle croisa les yeux du Président par un bel après midi ensoleillé. C’est son regard, la bonté de son visage, la douceur de sa voix qui incita la jeune Chiyo à enfin accepter son destin pour devenir Sayuri Nita, l’une des plus grande Geisha de Kyoto dans les années 1930.

La Geisha n’a pas son pareil dans les autre sociétés. Loin d’être des courtisanes et encore moins des prostituées, elles sont avant tout des artistes, initiées à divertir les hommes les plus puissants du Japon. Tout en mémoire d'une geisha 2elles reflète cet art : d’abord par leur initiation à la danse et au chant. Mais quand elles se vêtissent de leurs somptueux kimonos où sont comptés milles et une histoires, lorsqu’elles se peignent le visage de leur poudre blanche rehaussant leur lèvre d’un rouge intense, elles deviennent à leur tout une œuvre d’art que l’on ne peut s’empêcher de contempler.

Si l’histoire de Sayuri est une fiction issue de l’imaginaire d’Artur Golden  il nous permet cependant de côtoyer un monde qui a réellement existé, avec ses personnages historiques, ses traditions, ses rituels. Il nous plonge dans un univers fascinant au travers une histoire touchante. Nous y découvrons l’esprit le plus pur de la tradition japonaise, à l’apogée des Geishas, avant la guerre et l’arrivée des américains. Avant que tout ce monde ne s’effondre au profit d’une autre culture. Alors nous suivons les pas de Sayuri dans les ruelles de Gion.

mémoire d'une geisha

A travers le récit de cette jeune Geisha, nous découvrons aussi les désillusions de ces femmes éduquées pour plaire, leurs amours impossibles, mais aussi les conflits qui les opposent pour garder leur places tant convoitées.  C’est contre Hatsumomo que Sayuri dut ce battre, la Geisha de son propre Okiya, dont la beauté n’avait d’égale que sa cruauté. Mais le destin lui donna un petit coup de pouce lorsque Sayuri fit la rencontre de Mameha, principale rivale d’Hatsumomo, qui décida de prendre la jeune femme sous son aile en devenant sa grande soeur et donc, son mentor pour devenir geisha.

Le roman est écrit à la première personne du singulier, comme si, Sayuri nous ouvrait les porte des salons de thé pour y pénétrer avec elle. C’est une plongée dans une autre culture loin, très loin des coutumes occidentales. Il y a dans ce roman, le sentiment de pénétrer dans un tableau, au cœur des cerisiers en fleurs. L’impression d’effleurer un autre monde, que notre regard ne peut que déformer. La douceur et la délicatesse des traditions japonaises que la guerre a détruite, et que nous ne pouvons que déplorer. Alors seulement, au travers de ces quelques pages, dans ces quelques lignes merveilleusement documentées, nous pouvons apercevoir que ce fut le monde des Geishas.

LineTje

Fiche technique : Geisha d’Artur Golden ; Ed. Jean-Claude Latès , Coll. Livre de Poche; 1999 , ISBN : 978-2-253-11795-7 ; 7,50€ , 601 pages

Cet article est publié dans le cadre du challenge des Cinq continents proposé par drussnaga sur Livraddict

https://i2.wp.com/www.zimagez.com/miniature/latest8.png

 

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :