Sha : Mills, Ledroit.

La vengeance est un thème récurent en littérature (et pas qu’en littérature d’ailleurs !). La prouesse repose dans la manière d’aborder ce thème sans qu’il devienne trop évident et donc lassant. Dans Sha, publié entre novembre 1996 et avril 1998, le scénariste Pat Mills nous sort une intrigue pas vraiment originale mais qui tient tout de même en haleine jusqu’au dénouement (pas très longtemps vu qu’il n’y a que 3 tomes !). Il nous offre à travers son monde futuriste une vision nouvelle sur des sujets comme la religion, la réincarnation, le pouvoir… Mais ce qui est le plus appréciable dans cette série se sont les dessins d’Olivier Ledroit…

L’histoire débute en France au XVème siècle pendant la chasse aux sorcières dont est victime Lara. Le personnage centrale est donc une femme et ceci a son importance pour la suite du récit car ce cycle aborde également les sujets du féminisme et du machisme. On découvre dès les premières pages l’héroïne de seize ans sur un bûcher, après avoir été torturée par ses exécuteurs qui se trouvent être des démons incarnés en un moine, un duc, un inquisiteur, un bourreau ainsi que sa meilleure amie. Avant sa mort, elle implore la déesse des sorcières et maudit ses tortionnaires en leur jurant de se venger…

 

Planche extrait du tome 1 The Shadow One

Ceci constitue le prologue du récit qui se poursuit six siècles plus tard à New Eden City. C’est dans cette ville dirigée par les publicitaires et les ecclésiastiques que l’on retrouve Duffy, inspecteur de police qui enquête sur les meurtres de membres d’une organisation étrange : la fondation du Destin. Or ces victimes ne sont autres que les démons ayant torturés Lara. Et l’assassin se trouve être Sha l’Ombre, une entité protectrice et vengeresse envoyée par la déesse qui  révélera à Duffy sa vrai nature…

 

Planche extrait du tome 2 Soul Wound

La narration est totalement fluide et compréhensible. Un peu trop d’ailleurs… et c’est bien dommage. Les complots et les manipulations ne sont pas assez développés et l’on en vient à regretter qu’il s’agisse seulement d’une trilogie. En revanche les dessins sont sublimes. Le coup de crayon un peu brouillon que je reprochais à Ledroit (voir Les Chroniques de la Lune Noire) apparaît méconnaissable dans cette série. On est éblouit (pas par les couleurs à dominance plutôt sombre mais) par la profusion de détails dont nous abreuve le dessinateur. Il nous transporte dans une cité dominée par de grands immeubles envahis d’écrans publicitaires où les castes dominantes se retrouvent dans les strates supérieurs, loin de la pollution et des rebuts de la société (comparable entre autre à la planète Coruscant dans Star Wars ou encore le monde post-apocalyptique de Catherine Dufour dans Le Goût de l’Immortalité et Outrages et Rébellion). Il créé par ses illustrations une ambiance obscure qui colle à la perfection à l’intrigue. Un réel plaisir pour les yeux.

 

Planche extrait du tome 3 Soul Vengeance

Fiche technique : Sha ; Scénariste : Pat Mills ; Dessinateur : Olivier Ledroit ; éd. Soleil ; Prix : 12,50€ le tome

Ludo

Un autre avis sur Le Dino Bleu

Publicités

5 réflexions sur “Sha : Mills, Ledroit.

  1. Pingback: Les BD qu’on fait | Ateliers ZAZ

  2. Pingback: Sha, tome 1er : The Shadow One « Le Dino Bleu

  3. Pingback: Sha, tome 2nd : Soul Wound « Le Dino Bleu

  4. Pingback: Sha, tome 3e : Soul Vengeance « Le Dino Bleu

  5. Pingback: Wollodrïn : de la pure héroïc-fantasy ! « Les Singes de l'espace

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s