Enfer clos de Claude Ecken

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, quatre frères et sœur décident de s’enfermer dans une maison qui devra être leur tombeau. La raison : ils veulent quitter la société, et s’éloigner de la compagnie d’hommes qui les a fait souffrir. Cependant à quatre dans une petite maison, sans jamais mettre un pas dehors, il y a quoi devenir fou. Et c’est bien là où vont aller nos quatre protagonistes : vers la folie, vers l’enfer.

Enfermez ensemble quatre individus ayant entre eux des rapports de domination et de pouvoirs forts et vous arrivez en enfer. Prisonniers volontaires, les quatre membres de cette famille vont s’entredéchirer tout au long du récit. En dehors de toute notion de temps, ils vivent leurs longues journées d’attente entre dispute et apathie. Ils attendent quoi d’ailleurs ? Rien. La mort sûrement. Comme tout un chacun en fait, sauf qu’eux ne font rien entre le début et la fin. Ils ruminent leurs vieux souvenirs, les erreurs qui les ont amenés ici : qui est un déserteur, qui est une « putain » pour avoir couché avec les « Boches », etc.

Une longue décente aux enfers et pour le lecteur qui ne peut qu’assister impuissant à la dégradation de la situation avec un sentiment dérangeant de voyeurisme. Dégradation qui ne fera que s’accroitre. Au moment où l’on pense qu’ils ont touché le fond, l’auteur en rajoute et ça continue à descendre pour une lourdeur qui elle monte crescendo. Cependant l’horreur extraordinaire, effroyable du début fait place au bout d’un moment à une horreur presque ordinaire, où ni les protagonistes ni le lecteur-voyeur ne s’étonnent, car on devine que c’est inéluctable – ce qui est encore plus dérangeant à froid.

L’auteur est allé au fond des choses, et ne nous épargne rien. Mais avec un tel maitrise  du rythme et de l’écriture qu’il est impossible de lâcher le livre avant la fin. Deux heures de lecture non-stop pour un véritable page-turner.

Un livre sombre, très sombre, qui ne plaira clairement pas à tout le monde. Impossible d’en sortir indemne. On est forcément touché, retourné, voire dégouté lorsque le livre est enfin fini. Mais un récit surtout réussi, un texte « coup de poing » car réaliste de bout en bout. Au point que lorsque l’on découvre la mention « tiré d’un fait réel » on ne s’étonne pas, mais on ne peut y croire quand même tout à fait… Une déshumanisation à faire froid dans le dos.

« Qu’est-ce qu’il y a sous l’homme, sous la bête ? » (p.132)

Note : Ce livre a été lu en version numérique sur un Oyo. La qualité des textes n’étant pas toujours au rendez-vous dans la somme d’œuvres numérisées disponible, on ne peut que remarquer et saluer cet ePub de bonne qualité où aucune erreur de mise en page n’est à déplorer.

Fiche technique :

Enfer Clos ; Claude Ecken ; Ed. Belial’ ; Format: ePub ; ISBN : 978-2-84344-155-4 ; Prix : 5€ min

Ce livre existe aussi en version papier au prix de 10€ (ISBN : 978-2-84344-046-5)

(Plus d’infos sur nooSFere)

Voir aussi l’avis de Gromovar

Gaëtan

3 réflexions sur “Enfer clos de Claude Ecken

  1. Ravi d’avoir pu vous donner des envies de lecture. Ce livre vaut le coup d’œil.
    Cependant je ne suis pas sûr que ce soit le livre le plus représentatif de Claude Ecken. Il est plus connu pour ses textes de « pure SF », notamment son recueil « Le Monde tous droits réservés ». Qui me tente d’ailleurs depuis quelques temps mais je n’ai toujours pas pris le temps de le lire.

    PS : et désolé pour le temps de réponse, j’ai eu une connexion internet très limitée récemment.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s