Wonderful de David Calvo

Univers très étrange que celui de David Calvo… Sur une terre qui sait que sa fin est proche, dans une capitale anglaise qui mélange déraison et abandon, Loom est un médecin éperdument amoureux de sa femme. Alors qu’il ne demande rien, il se retrouve à la poursuite d’un film que les mystérieuses entités du Mobile (en réalité les planètes du système solaire personnifiés) veulent absolument récupérer.

Vous trouvez que ça n’a aucun sens ? Vous avez raison. Cependant, je me permets de reprendre ici un avis que j’ai lu sur un forum (Soslan sur actuSF pour ne pas le nommer) : « L’intrigue est un autre exploit, partant dans tous les sens sans qu’aucun élément soit inutile… » C’est exactement l’impression que laisse la lecture de Wonderful. L’auteur évoque beaucoup de chose, on a l’impression d’un grand n’importe quoi, et pourtant toutes les pièces du puzzle s’assemblent très bien.

En effet, l’introduction est une mise en scène du pouvoir des planètes, de mystérieux individus en noir faisant penser à des mafieux, puis l’histoire se poursuit avec le docteur Loomis, étrange homme qui par passion va soigner des malades où il peut, et doit laisser la femme qu’il aime mourir lentement. Ou encore Margot, tout aussi mystérieuse femme attendant avec impatience « le grand marathon de danse de Trafalgar Square » précédent cette fin du monde imminente.

Et cette fin du monde… Personnage à elle toute seule, elle hante le récit de son omniprésence. Perçue par les autres comme quelque chose d’inéluctable et pourtant si peu dramatique (on est loin ici des scènes lourdes de tension dessiné par Hergé dans Tintin et l’étoile mystérieuse). Il y a aussi rapidement et en vrac : des Victoriens certain d’avoir remonté le temps, un Roi de Londres ami de l’ancien Premier ministre, une Reine des fées, des Taupes, et pleins d’autres êtres tout aussi « surréalistes » les uns que les autres.

Bref, beaucoup d’élément parsème le récit. J’ai précisé ici les personnages, mais les références, notamment au polar et au cinéma de genre, sont aussi à profusion. D’ailleurs pour cette raison, la lecture est un peu frustrante. On a parfois du mal à entrer dans l’histoire, qui n’est pas forcément très claire. Déjà parce que l’intrigue est un peu dingue (personnification des planètes dans une Londres qui part en vrille) et ensuite parce que l’auteur s’amuse à perdre le lecteur. Et il y arrive tellement bien que la lecture oscille entre intérêt et ennui ; l’écriture entre génie et redondance…

Pour cela, le roman risque de rebuter certaines personnes et d’en étonner plus d’un. D’ailleurs, au final : roman surréaliste ? Rêve éveillé ? Grand n’importe quoi ? Rien de tout cela et tout en même temps. On retrouve ici un non-sense total (et ça fait plaisir d’un auteur français), un univers de rêve, d’astronomie et de course-poursuite. David Calvo mélange tout et ce qui chez un autre pourrait donner un grand rien, donne ici un quelque chose de grand. Pas forcément évident à suivre, pas toujours compréhensible et pourtant totalement cohérent.

Lecture commune avec Acro, Cachou, Laure et Lhisbei.

Fiche technique :

David Calvo ; Wonderful ; ed. Bragelonne ; coll. 10° anniversaire ; ISBN : 978-2-35294-393-8 ; prix : 10€

(plus d’infos sur nooSFere)

CITRIQ

9 réflexions sur “Wonderful de David Calvo

  1. J’aime beaucoup la citation que tu as trouvée 🙂
    Je crois que nous n’arrivons pas facilement à entrer dans l’histoire car on veut absolument pouvoir s’accrocher à une branche de ce nouvel univers qui se présente à nous. Pourtant, il serait d’autant plus facile de se laisser « porter »:)
    Pour moi, ce qui peut rebuter (et non s’ennuyer ferme, enfin quand même :D) c’est le fait qu’il manque d’action pure et dure…

    Bon, et alors, que penses-tu de la nouvelle couverture proposée par Bragelonne ?

    J’aime

  2. J’avais aussi lu l’avis de Soslan et avait particulièrement aimé sa formulation. ^_^
    J’ai adoré ce livre et je suis d’accord avec ce que tu mets à la fin: c’est appréciable de voir ce sens du surréalisme chez un français et c’est étonnant que ce soit devenu aussi rare…

    J’aime

  3. Pour ma part, j’avais détesté ce roman… Même si je l’ai lu jusqu’au bout !
    Il y a un mot que tu as écrit et qui va très bien à ce roman, c’est profusion. En effet, je trouve qu’il y a tellement de choses dans ce livre que le lecteur se trouve noyé sous la masse, incapable de retrouver sa respiration. Asphyxiant pourrait être un autre mot pour le décrire…
    Non-sense ? Oui, il y a de cela. Moi qui adore les Monthy Python et leur Holy Graal, je n’y trouve pourtant pas mon compte ici…
    Je me permets de répondre à la question d’AcrO qui t’est destinée. Personnellement, je trouve la nouvelle couverture plus jolie que la première. Cette référence à la lune de Méliès est fort sympathique.
    En tout cas, je tenais à te féliciter pour ton papier. C’est très fort de ta part de faire une critique aussi bonne à partir d’un roman qui part autant dans tous les sens…

    A.C. de Haenne

    J’aime

  4. Apparemment ce roman ne laisse pas grand monde indifférent. On peut l’aimer, le détester, ou encore se demander quoi en penser, mais il n’est pas de ceux que l’on oubli dès la dernière page tournée.
    En tout cas, je l’ai trouvé vraiment intéressant, avec quelque chose d’original, de nouveau, de « personnel » (donc de quoi satisfaire le lecteur) mais en même temps la lecture est parfois trop ennuyeuse, ou incompréhensible (la notion d’asphyxie est aussi vraiment adéquate) qu’on perd l’intérêt que l’on avait. D’ailleurs c’est pour cette originalité et cette sensation de l’existence d’un (grand) « quelque chose » que je ne trouve pas ce livre bon. Simplement il n’était pas pour moi.
    Et enfin, des trois illustrations qu’a connu le texte, je préfère largement celle-ci. Elle est sobre mais joli et totalement adéquate.

    J’aime

  5. Pingback: CALVO David – Wonderful « Livrement

  6. Pingback: Wonderful | De l'autre côté du miroir

  7. Pingback: CALVO David – Wonderful « Livrement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s