Sherlock Holmes vu par Guy Ritchie

Connaissant Guy Ritchie pour le fabuleux Snatch, et les très bons Arnaques, crimes et botaniques et Rock’n’rolla (je laisse de coté Revolver qui est trop bizarre pour être vraiment bon), ça m’intriguait de voir ce qu’il allait faire avec un personnage aussi connu que Sherlock Holmes. Malheureusement aux vues de la bande annonce, on pouvait redouter le pire : des explosions, des tirs à n’en plus finir, de la vitesse, des méchants qui font peur… tiens un film d’action nul (oups pardon, une tautologie) !  Heureusement, la bande-annonce était encore une fois mal faite :  oui, il y a quelques scènes d’action mais ce ne sont ni les plus intéressantes, ni les plus nombreuses.

Si les personnages de Sherlock Holmes et son compère le docteur Watson sont très connus dans notre imaginaire collectif, il existe plusieurs versions du même couple. Chacun à sa vision des deux célèbres enquêteurs du 221B Baker Street, selon ses lectures, les films qu’il a vu, etc.

Ainsi si vous vous attendez à voir en Holmes un homme dans la force de l’âge en train de résoudre l’enquête assis sur son fauteuil tout en fumant sa pipe vous allez être déçu. En effet, ici dès le départ, Guy Ritchie nous montre, son détective : jeune homme parfois dépravé, obsessionnel, très intelligent mais terriblement asocial. Ainsi la scène de départ est très réussi : elle brosse le portait du héros en quelques instants. S’ensuit ensuite un combat de boxe très réussi qui fait fortement penser à ceux que nous a offert Brad Pitt dans Snatch, et dans Fight Club de David Fincher.

Un autre bon côté du film tient dans le personnage de John Watson, incarné très sobrement par Jude Law. Ici, le rôle de ce cher docteur ne se limite pas à celui de simple faire-valoir, c’est certes le coéquipier (parfois à son corps défendant) de Holmes mais il dame aussi de temps en temps le pion à celui-ci. Son esprit de déduction est lui aussi impressionnant et il fait montre d’une relative volonté d’autonomie.

La réalisation quant à elle n’est pas non plus en reste. On retrouve là certains effets qui ont joués dans le succès de la filmographie de Ritchie : des voix off, des retours en arrière, des ralentis, etc. Ça donne beaucoup de force à l’ensemble et décomplexe l’histoire en la rendant mi-humoristique, mi-sérieuse.

Parce qu’en effet, le film ne manque pas d’humour. Réparties cinglantes entre  les personnages, humour de scène, jeux des acteurs, humour sarcastique, etc, plusieurs petites touches animent ainsi l’histoire pour notre plus grand plaisir et nous immerge dans le film malgré les défauts.

Oui des défauts, car après avoir été gentil et évoqué tous ces bons cotés, voyons voir ce qui ne va pas….

Tout d’abord, les personnages des « méchants ». Ils sont vraiment mal fait : caricaturaux, pas crédibles du tout, sans une once de charisme, ou d’intérêt. Le pire se trouve avec le personnage de Lord Blackwood : on dirait le fils cachés de Voldemort. C’est vraiment dommage, on s’ennuie dès qu’ils apparaissent et on attend le retour du couple vedette.

Et ensuite, il y a un gros problème avec l’intrigue en général. Elle aussi n’a aucune substance. On devine largement à l’avance ce qu’il va se passer, aucun suspense n’est présent. Mais surtout, elle ressemble beaucoup trop à celle de From Hell pour être prise au sérieux.

C’est à mon sens ce qui empêche ce film d’être vraiment bon. Il est « juste » bien. En effet, le reste est comme je l’ai dit bien réussi : on s’amuse, on se diverti et on n’est pas (trop) pris pour des abrutis (contrairement à Avatar de vous savez qui). Que demander de plus pour un film « grand spectacle » ? (avertissement : ne cherchez pas, l’humour provoc’ j’adore !)  D’ailleurs, puisque tout le laisse penser qu’il y en aura une, j’irais sûrement voir la suite.

Bref, voici un Sherlock Holmes comme on ne l’imagine pas forcément.  Et le résultat est un divertissement sympathique qui vaut le coup d’œil rien que pour les deux personnages de Holmes et du bon docteur Watson. Et tant que vous y êtes si ce n’est pas déjà fait : aller acheter, voler ou télécharger Arnaques, crimes et botaniques, Snatch et Rock’n’rolla. Ils valent largement le détour.

PS : je ne vous mets pas la bande-annonce, elle, elle ne vaut vraiment pas le coup.

5 réflexions sur “Sherlock Holmes vu par Guy Ritchie

  1. J’ai raté celui-ci mais, honnêtement, ça ne me manque pas (ma copine, par contre… =P ) ; je tâcherais de le voir en DVD malgré tout : ta critique est plus que stimulante (et puis Madame ne me laissera pas le choix de toutes façons… ;] )

    Un film sur Sherlock Holmes que j’aime beaucoup, par contre, c’est « Le Secret de la pyramide », d’après le livre d’Alan Arnold : son « Young Sherlock Holmes » y est original et inattendu

    J'aime

  2. A lire ta critique, j’ai l’impression que tu n’es pas aussi méchant que tu voudrais car je pense que ça t’énerve un peu d’apprécier un film d’action. En tout cas, je suis tout à fais d’accord avec ton analyse. C’est un film grand spectacle qui se laisse regarder qui vaut surtout pour les personnages de Holmes et de Watson campés par des acteurs en forme (quoiqu’un peu jeunes, mais ce n’est pas très grave) et une réalisation pleine de pep’s ! Et Snatch est un chef d’oeuvre ! Et il faut que je me précipite sur Rock and Rolla…
    @Guilhem : il faudrait que je revoie Le secret de la Pyramide pour me faire une réelle idée. Des fois, on a une idée un peu faussée des film vus durant la jeunesse. J’ai l’exemple des Goonies qui s’avère un bon petit film, mais avec des grosses ficèles de scénario !

    A.C. de Haenne

    J'aime

  3. @ Guilhem :
    Puisque tu n’y couperas pas, autant essayer d’en profiter. 😀
    En tout cas, tu retrouvera ici la touche de Guy Ritchie dans la réalisation mais bien sûr ce n’est pas du tout le même genre de film. Il n’empêche qu’il se laisse regarder avec plaisir.

    @ A.C. de Haenne :
    Non je ne suis pas vraiment énervé (ou frustré) quand j’apprécie un film d’action.. plus étonné en fait. Car ce n’est pas à ça que je m’attend (alors que pourtant je vais le voir en espérant qu’il me plaira quand même… paradoxale non? :D).
    Et pour celui-ci, oui c’est clair que j’ai pris plaisir à le voir. Je suis rentré dedans dès le début et les quelques scènes d’action ne m’ont pas dérangées. Elles sont sympathiques et surtout décomplexées. C’est peut-être ça qui me fait aimer un film d’action : quand ce n’est pas trop pris au sérieux.
    (et oui Rock’n’Rolla vaut le coup !)

    Et sinon vous m’intriguez tous les deux. Je ne connais pas du tout Le Secret de la Pyramide… Je vais essayer de le voir.

    J'aime

  4. Pingback: Peu importe l’intrigue, pourvu qu’il y ait le style : Sherlock Holmes « Les Singes de l'espace

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s